Les Helvètes et le concours d’entrée à l’École des beaux-arts, crainte ou désintérêt ? (1850-1900) 

par Coraline Gajo-Guyot

« J’ai l’honneur de vous présenter un élève de l’École des Beaux-Arts de Paris, atelier de Gérôme.- Depuis ce matin je fonctionne comme tel, et je n’ai rien de plus pressé que de venir vous l’annoncer », Lettre d’Eugène Burnand à ses parents, Paris, le 28 octobre 1872, bibliothèque cantonale et universitaire, fonds Eugène Burnand, IS 4989.

La seconde moitié du XIXe siècle est marqué par un profond changement de l’image de l’École des beaux-arts qui, peu ou prou, voit son hégémonie pédagogique être remise en cause par des débats institutionnels. Les artistes suisses, venant à Paris pour y acquérir des savoirs pratiques, mais aussi et surtout un capital symbolique, sont ainsi directement confrontés à cette mutation engendrée parce que l’institution ne répond plus réellement aux besoins de ceux et celles qui la constitue. Une réalité dont ils semblent conscients et à l’aune de laquelle ils fondent leur choix de formation.

Continuer la lecture de « Les Helvètes et le concours d’entrée à l’École des beaux-arts, crainte ou désintérêt ? (1850-1900)  »

Élèves et modèles, une éducation teintée de brutalité : récits d’humiliations au sein des ateliers d’artistes au XIXème siècle, lieu d’homosocialité et de compétitivité

Anonyme, Atelier de Jean-Léon Gérôme, 1900

La question soulevée dans cette proposition fait avant tout référence à deux travaux de mémoires réalisés en 2016 et 2018, traitant spécifiquement de la présence des femmes (artistes, modèles, massières) au sein du paysage éducatif et artistique de la fin du XIXème siècle et du début du XXème siècle, notamment à l’École des Beaux-Arts de Paris.

Continuer la lecture de « Élèves et modèles, une éducation teintée de brutalité : récits d’humiliations au sein des ateliers d’artistes au XIXème siècle, lieu d’homosocialité et de compétitivité »

La réception de l’École des Beaux-Arts de Paris à l’aube du XXème siècle

« Non seulement les portes et les fenêtres de ce château de la Belle-au-Bois-Dormant ne s’ouvrent jamais à la vie du dehors que les habitants détestent de parti pris, mais, rue Bonaparte, tout ce qui ne présente pas l’estampille classique est honni et aveuglement frappé d’ostracisme. »

Continuer la lecture de « La réception de l’École des Beaux-Arts de Paris à l’aube du XXème siècle »

Hystérie, “poseuses” et music-hall : la naissance du modèle féminin en tant que stratégie performative de la politique du corps moderne (1880-1900)

Désiré Magloire Bourneville, Paul Regnard, Planche XXX. Hystéro-épilepsie. Sommeil hypnotique, Iconographie photographique de la Salpêtrière : service de M. Charcot, tome III, 1879-1990. Paris, BIU Santé Médecine, LIVR2013108.

Dans cette intervention, je voudrais esquisser une rencontre particulière entre la pratique clinique concernant l’hystérie, le cursus pédagogique à L’École des Beaux-Arts, le spectacle populaire et le discours distinct au regard de la théâtralité de la société à Paris à la fin du XIXe siècle, qui a produit une politique du corps exposé, artificiel et convulsif, se centrant autour de la figure du modèle féminin d’artiste. Nous essaierons de reconstituer dans son ampleur la pratique prévalente des autorités médicales et pédagogiques ainsi que l’imaginaire culturel de la modernité, qui ont constitué non seulement le discours sur l’économie des rapports dans l’atelier d’artiste, mais aussi l’entrée du modèle dans la sphère publique, la rue, la scène du théâtre populaire et la presse en tant que poseuse, un nouveau symbole de la modernité corporelle fondé sur exhibition et performance du soi.

Continuer la lecture de « Hystérie, “poseuses” et music-hall : la naissance du modèle féminin en tant que stratégie performative de la politique du corps moderne (1880-1900) »

Une révolte conformiste ? Appropriation et contestation de l’enseignement des arts décoratifs à l’École des beaux-arts vers 1900

  • Le « groupe de Rome » ou le renouveau de la tradition académique par le décor

En 1921, l’École des beaux-arts exposa, comme chaque année, les œuvres envoyées par ceux de ses anciens élèves qui avaient remporté le prix de Rome. Plusieurs peintres (Jean Dupas, Robert Pougheon, Jean Despujols et Louis Rigal) marquèrent à cette occasion leurs distances avec l’enseignement de l’École (Lechleiter 2008 ; Deltour à paraître). Dans ses Pigeons blancs, qui scandalisèrent les professeurs de l’École et l’Académie des beaux-arts, Jean Dupas adopte une palette vive et antinaturaliste pour représenter des femmes dansant dans un paysage idyllique, sans prétexte iconographique précis. Il abandonne la narration, la représentation de l’espace en perspective et la correction anatomique des figures, dont il avait pourtant dû faire la démonstration dans L’Amour vainqueur du dieu Pan, pour lequel il avait reçu le prix de Rome en 1910. La précédente génération des Beaux-arts, sortie de l’École entre 1890 et 1900, avait abandonné les sujets historiques pour traiter de manière naturaliste des scènes de la vie contemporaine. Formé autour de Dupas, le « groupe de Rome » se tournait plus radicalement vers la peinture décorative, abandonnant la narration et « l’imitation de la nature » qui en constituaient le cœur (Sérié 2014).

Continuer la lecture de « Une révolte conformiste ? Appropriation et contestation de l’enseignement des arts décoratifs à l’École des beaux-arts vers 1900 »

L’atelier de sculpture d’Alexandre Falguière à l’École des Beaux-Arts

Carolus-Duran (Charles Emile Auguste Durand, 1837-1917). “Portrait d’Alexandre Falguière”, 22 mars 1870. Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, Petit Palais.

Figure incontournable de la sculpture française sous la Troisième République, Alexandre Falguière (1831-1900) en est aussi l’un des professeurs les plus éminents. Sa carrière est l’exemple parfait de l’ascension sociale et démocratique dont peut bénéficier un artiste ambitieux qui, grâce à un système de prix et de bourses, aspire à une réussite nationale et à une reconnaissance institutionnelle. Né à Toulouse en 1831, Falguière mène un parcours exemplaire : élève à l’École municipale des Beaux-Arts, il rejoint rapidement Paris pour se former dans les ateliers les plus en vogue de la capitale dont celui de François Jouffroy qui le présente alors à l’École impériale des Beaux-Arts. Fort d’une formation théorique et pratique rigoureuse, il décroche le prestigieux prix de Rome en 1859 aux côtés de son camarade Léon Cugnot, titre qui lui ouvre les portes de la Villa Médicis. Rapidement, le sculpteur connaît ses premiers achats officiels : le Vainqueur au combat de coqs en 1862, son troisième envoi de Rome, puis le Tarcisius, présenté en 1868 et lui valant la médaille d’honneur au Salon. Engagé militairement au cours de la guerre franco-prussienne, Falguière devient ensuite un artiste chéri par la République qui lui confie l’incarnation de ses idéaux et de ses apôtres, et lui décerne le prestigieux titre de professeur de l’École des Beaux-Arts, devenue nationale.

Continuer la lecture de « L’atelier de sculpture d’Alexandre Falguière à l’École des Beaux-Arts »

CALL FOR PAPERS : “Teaching film practices in higher education: historical and contemporary  perspectives”

Research on art pedagogy has been expanding in recent years. The research project “The practice of cinema in higher education: for a comparative approach to the teaching of film practice in art schools”, supported by Campus Condorcet, has sought to fill in several scientific gaps in this field of research. Thus, four meetings organized in 2021 and 2022 focused on the teaching of cinema, transnational circulations, the teaching of screenwriting and animation[i]. This project was directed by Gabrielle Chomentowski (CNRS), Stéphanie-Emmanuelle Louis (École nationale des chartes) and Barbara Turquier (La Fémis). All of the workshop’s work is presented in a scientific blog: https://hpca.hypotheses.org/

Continuer la lecture de « CALL FOR PAPERS : “Teaching film practices in higher education: historical and contemporary  perspectives” »

APPEL A CONTRIBUTIONS “Transmettre les pratiques du cinéma dans les écoles supérieures d’enseignement artistique : perspectives historiques et contemporaines”

S’inscrivant dans la lignée de travaux sur la question de la pédagogie de l’art en forte expansion depuis plusieurs années, l’Atelier Condorcet « La pratique du cinéma dans l’enseignement supérieur : pour une approche comparée de la transmission des savoir-faire dans les écoles d’arts » a cherché à combler plusieurs angles morts de ce champ de recherche. Ainsi, quatre rencontres organisées en 2021 et 2022 ont porté sur l’enseignement du cinéma, les circulations transnationales, l’enseignement du scénario et celui de l’animation[1]. Ce projet a été mis en œuvre par Gabrielle Chomentowski (CNRS), Stéphanie-Emmanuelle Louis (École nationale des chartes) et Barbara Turquier (La Fémis). L’ensemble des travaux de l’atelier est présenté dans un carnet Hypothèses.

Visant à prolonger les travaux de cet atelier de recherche, le présent appel à contributions accueillera des textes portant sur la transmission des pratiques cinématographiques dans l’enseignement supérieur, et singulièrement dans les écoles dédiées à l’enseignement des arts, dont le cinéma, en France et à l’étranger. Il s’agira de s’interroger sur la manière dont s’organise institutionnellement, intellectuellement et humainement l’expérience de formation des étudiants suivant des enseignements pratiques en cinéma autour des axes détaillés ci- dessous. Afin de mettre en évidence les permanences et les mutations de ces pratiques, sont recherchées aussi bien des propositions historiques portant sur le vingtième siècle, que des contributions portant sur des pédagogies actuelles, ces deux aspects pouvant être associés dans une même proposition

Continuer la lecture de « APPEL A CONTRIBUTIONS “Transmettre les pratiques du cinéma dans les écoles supérieures d’enseignement artistique : perspectives historiques et contemporaines” »

Captations des séances de l’Atelier Condorcet-HPCA

Les captations réalisées au cours de trois de nos séances d’Atelier Condorcet dédié à la transmission des savoir-faire du cinéma dans les écoles artistiques sont désormais en ligne sur la chaîne Canal U de l’école nationale des chartes.

  • Séance 1 “Pratiques de l’enseignement du cinéma dans le supérieur : écoles d’art, écoles de cinéma, conservatoires”: 4 enregistrements à visionner.
  • Séance 3 “Histoires et pratiques contemporaines du scénario” : 6 enregistrements à visionner
  • Séance 4 “Enseigner le cinéma d’animation dans le supérieur, regards croisés”: 4 enregistrements à visionner, dont la dernière de notre collègue Sébastien Roffat, décédé en septembre 2022.

Disgrâce de l’École des Beaux-Arts auprès des élèves d’Ingres ?

Prix de Rome 1832 d’Hippolyte Flandrin (1809-1865)Hippolyte Flandrin, Thésée reconnu par son père, 1832, huile sur toile, H. : 115 cm ; L. : 146 cm, n° PRP 74,  Paris, Beaux-Arts de Paris

La nébuleuse d’artistes constituée par les élèves d’Ingres est, par essence, liée au système académique et à l’École des Beaux-arts au XIXe siècle. L’analyse des écrits de ces peintres interroge la manière dont ils ont perçu son système, voie officielle du succès et de la notoriété, dont la pédagogie reposait sur le concours. L’étude de leurs témoignages permet de renouveler le regard porté sur l’institution, et de réévaluer sa place à l’aune des personnalités, ambitions et choix de carrières de ces derniers. À partir de différents itinéraires d’élèves d’Ingres, il est question d’étudier deux des jalons essentiels de ce système académique, à savoir l’admission à l’École et la réussite au Prix de Rome, ceci permettant d’indiquer leurs positions parfois ambivalentes concernant l’École et l’atelier d’Ingres ; l’importance qu’ils accordent à l’une ou à l’autre étant révélatrice de ce qu’est pour eux la « véritable école ».

Continuer la lecture de « Disgrâce de l’École des Beaux-Arts auprès des élèves d’Ingres ? »

Bibliographie “Enseigner le cinéma d’animation dans le supérieur”

Vous trouverez ci-dessous une compilation de ressources autour de l’enseignement du cinéma d’animation à l’occasion de la quatrième séance de l’Atelier Condorcet sur l’Enseignement du cinéma dans le supérieur programmée le jeudi 23 juin 2022.

Continuer la lecture de « Bibliographie “Enseigner le cinéma d’animation dans le supérieur” »

JOURNEE: “Un nouveau Reg-Arts sur l’École des beaux-arts (XIXe-XXe siècles)”

Cette journée a pour ambition d’établir un état des lieux des travaux des jeunes chercheuses et chercheurs portant sur l’histoire de l’École. Elle est organisée dans le cadre de la constitution de la base de données Reg-Arts, qui offrira l’accès au registre des élèves peintres et sculpteurs de l’École des Beaux-Arts de Paris du XIXe siècle à 1968, soit plus de 12000 personnes.

L’atelier Gustave Moreau à l’École des beaux-arts, vers 1897-1898, épreuve sur papier albuminé, Les Beaux-Arts de Paris
Continuer la lecture de « JOURNEE: “Un nouveau Reg-Arts sur l’École des beaux-arts (XIXe-XXe siècles)” »

23 juin 2022: Enseigner le cinéma d’animation dans le supérieur, regards croisés

etudiants en prepa en animation a l l ecole des gobelins a Paris le 11/05/2021 Photo sebastien soriano/ Le Figaro

La quatrième séance de l’Atelier Condorcet sur l’enseignement du cinéma dans le supérieur aura lieu le jeudi 23 juin à partir de 13h30 en salle des Conseils, à l’Ecole nationale des chartes. Inscription recommandée à recherche@chartes.psl.eu

Séance organisée en partenariat avec l’Institut National de l’Audiovisuel et en collaboration avec Sébastien Roffat et Lucie Mérijeau.

Continuer la lecture de « 23 juin 2022: Enseigner le cinéma d’animation dans le supérieur, regards croisés »

20 mai 2022: Journée d’étude « Histoires et pratiques contemporaines de l’enseignement du scénario »

Alexander Mackendrick a CalArts_c.TheStickingPlace

Dans le cadre d’un projet autour de l’histoire de l’enseignement du cinéma, en partenariat avec l’Université Paris 1 et l’Ecole des Chartes, soutenu par le Campus Condorcet, cette journée d’études abordera, avec des chercheurs et des professionnels du cinéma, les particularités de cet enseignement en France.Une journée sous la direction de Barbara Turquier, Caroline San Martin, Stéphanie E. Louis, Gabrielle Chomentowski.

Vendredi 20 mai 2022 de 9h à 17h30 à La Fémis, salle Renoir (2ème étage) 6 rue Francœur , 75018 Paris  

Journée ouverte au public sur inscription via ce formulaire.

Informations: b.turquier@femis.fr ; c.gaumont@femis.fr

Continuer la lecture de « 20 mai 2022: Journée d’étude « Histoires et pratiques contemporaines de l’enseignement du scénario » »

Appel à communication: Journée jeunes chercheuses et chercheurs “Un nouveau Reg-Arts sur l’École des beaux-arts (XIXe-XXe siècles)”

Journée d’étude du 27 juin 2022 organisée par l’École des beaux-arts de Paris, l’École du Louvre, l’Institut national d’histoire de l’art et le CNRS, en association avec le programme de recherche (Histoire de la pédagogie de la création artistique (HPCA) de l’École nationale des chartes.

L’atelier Gustave Moreau à l’École des beaux-arts, vers 1897-1898, épreuve sur papier albuminé, Les Beaux-Arts de Paris

Jeunes chercheuses, jeunes chercheurs travaillant sur l’École des beaux-arts, manifestez-vous !

Cette journée d’étude a pour ambition d’établir un premier état des lieux des travaux des jeunes chercheuses et chercheurs portant sur l’histoire de l’École des beaux-arts. Elle est organisée à l’occasion du lancement du projet Reg-Arts qui devrait, à l’horizon 2024, offrir l’accès au registre d’inscription des élèves peintres et sculpteurs de l’École du début du XIXe siècle à 1968 dans le cadre d’une base de données permettant de croiser des informations d’ordre social, géographique ou pédagogique.

Continuer la lecture de « Appel à communication: Journée jeunes chercheuses et chercheurs “Un nouveau Reg-Arts sur l’École des beaux-arts (XIXe-XXe siècles)” »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search