Les Helvètes et le concours d’entrée à l’École des beaux-arts, crainte ou désintérêt ? (1850-1900) 

par Coraline Gajo-Guyot

« J’ai l’honneur de vous présenter un élève de l’École des Beaux-Arts de Paris, atelier de Gérôme.- Depuis ce matin je fonctionne comme tel, et je n’ai rien de plus pressé que de venir vous l’annoncer », Lettre d’Eugène Burnand à ses parents, Paris, le 28 octobre 1872, bibliothèque cantonale et universitaire, fonds Eugène Burnand, IS 4989.

La seconde moitié du XIXe siècle est marqué par un profond changement de l’image de l’École des beaux-arts qui, peu ou prou, voit son hégémonie pédagogique être remise en cause par des débats institutionnels. Les artistes suisses, venant à Paris pour y acquérir des savoirs pratiques, mais aussi et surtout un capital symbolique, sont ainsi directement confrontés à cette mutation engendrée parce que l’institution ne répond plus réellement aux besoins de ceux et celles qui la constitue. Une réalité dont ils semblent conscients et à l’aune de laquelle ils fondent leur choix de formation.

Continuer la lecture de « Les Helvètes et le concours d’entrée à l’École des beaux-arts, crainte ou désintérêt ? (1850-1900)  »

Élèves et modèles, une éducation teintée de brutalité : récits d’humiliations au sein des ateliers d’artistes au XIXème siècle, lieu d’homosocialité et de compétitivité

Anonyme, Atelier de Jean-Léon Gérôme, 1900

La question soulevée dans cette proposition fait avant tout référence à deux travaux de mémoires réalisés en 2016 et 2018, traitant spécifiquement de la présence des femmes (artistes, modèles, massières) au sein du paysage éducatif et artistique de la fin du XIXème siècle et du début du XXème siècle, notamment à l’École des Beaux-Arts de Paris.

Continuer la lecture de « Élèves et modèles, une éducation teintée de brutalité : récits d’humiliations au sein des ateliers d’artistes au XIXème siècle, lieu d’homosocialité et de compétitivité »

La réception de l’École des Beaux-Arts de Paris à l’aube du XXème siècle

« Non seulement les portes et les fenêtres de ce château de la Belle-au-Bois-Dormant ne s’ouvrent jamais à la vie du dehors que les habitants détestent de parti pris, mais, rue Bonaparte, tout ce qui ne présente pas l’estampille classique est honni et aveuglement frappé d’ostracisme. »

Continuer la lecture de « La réception de l’École des Beaux-Arts de Paris à l’aube du XXème siècle »

Hystérie, “poseuses” et music-hall : la naissance du modèle féminin en tant que stratégie performative de la politique du corps moderne (1880-1900)

Désiré Magloire Bourneville, Paul Regnard, Planche XXX. Hystéro-épilepsie. Sommeil hypnotique, Iconographie photographique de la Salpêtrière : service de M. Charcot, tome III, 1879-1990. Paris, BIU Santé Médecine, LIVR2013108.

Dans cette intervention, je voudrais esquisser une rencontre particulière entre la pratique clinique concernant l’hystérie, le cursus pédagogique à L’École des Beaux-Arts, le spectacle populaire et le discours distinct au regard de la théâtralité de la société à Paris à la fin du XIXe siècle, qui a produit une politique du corps exposé, artificiel et convulsif, se centrant autour de la figure du modèle féminin d’artiste. Nous essaierons de reconstituer dans son ampleur la pratique prévalente des autorités médicales et pédagogiques ainsi que l’imaginaire culturel de la modernité, qui ont constitué non seulement le discours sur l’économie des rapports dans l’atelier d’artiste, mais aussi l’entrée du modèle dans la sphère publique, la rue, la scène du théâtre populaire et la presse en tant que poseuse, un nouveau symbole de la modernité corporelle fondé sur exhibition et performance du soi.

Continuer la lecture de « Hystérie, “poseuses” et music-hall : la naissance du modèle féminin en tant que stratégie performative de la politique du corps moderne (1880-1900) »

Une révolte conformiste ? Appropriation et contestation de l’enseignement des arts décoratifs à l’École des beaux-arts vers 1900

  • Le « groupe de Rome » ou le renouveau de la tradition académique par le décor

En 1921, l’École des beaux-arts exposa, comme chaque année, les œuvres envoyées par ceux de ses anciens élèves qui avaient remporté le prix de Rome. Plusieurs peintres (Jean Dupas, Robert Pougheon, Jean Despujols et Louis Rigal) marquèrent à cette occasion leurs distances avec l’enseignement de l’École (Lechleiter 2008 ; Deltour à paraître). Dans ses Pigeons blancs, qui scandalisèrent les professeurs de l’École et l’Académie des beaux-arts, Jean Dupas adopte une palette vive et antinaturaliste pour représenter des femmes dansant dans un paysage idyllique, sans prétexte iconographique précis. Il abandonne la narration, la représentation de l’espace en perspective et la correction anatomique des figures, dont il avait pourtant dû faire la démonstration dans L’Amour vainqueur du dieu Pan, pour lequel il avait reçu le prix de Rome en 1910. La précédente génération des Beaux-arts, sortie de l’École entre 1890 et 1900, avait abandonné les sujets historiques pour traiter de manière naturaliste des scènes de la vie contemporaine. Formé autour de Dupas, le « groupe de Rome » se tournait plus radicalement vers la peinture décorative, abandonnant la narration et « l’imitation de la nature » qui en constituaient le cœur (Sérié 2014).

Continuer la lecture de « Une révolte conformiste ? Appropriation et contestation de l’enseignement des arts décoratifs à l’École des beaux-arts vers 1900 »

L’atelier de sculpture d’Alexandre Falguière (1831-1900) à l’École des Beaux-Arts

Carolus-Duran (Charles Emile Auguste Durand, 1837-1917). Portrait d’Alexandre Falguière, 22 mars 1870. Paris, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, Petit Palais. ©Paris Musées

Figure incontournable de la sculpture française sous la Troisième République, Alexandre Falguière (1831-1900) en est aussi l’un des professeurs les plus éminents. Sa carrière est l’exemple parfait de l’ascension sociale et démocratique dont peut bénéficier un artiste ambitieux qui, grâce à un système de prix et de bourses, aspire à une réussite nationale et à une reconnaissance institutionnelle. Né à Toulouse en 1831, Falguière mène un parcours exemplaire : élève à l’École municipale des Beaux-Arts, il rejoint rapidement Paris pour se former dans les ateliers les plus en vogue de la capitale, dont celui de François Jouffroy qui le présente à l’École impériale des Beaux-Arts. Fort d’une formation théorique et pratique rigoureuse, il décroche le prestigieux prix de Rome en 1859 aux côtés de son camarade Léon Cugnot, titre lui ouvrant les portes de la Villa Médicis. Rapidement, le sculpteur rencontre ses premiers achats officiels : le Vainqueur au combat de coqs en 1862, son troisième envoi de Rome, puis le Tarcisius, présenté en 1868 et lui valant la médaille d’honneur au Salon. Engagé militairement au cours de la guerre franco-prussienne, Falguière devient ensuite un artiste chéri par la République qui lui confie alors l’incarnation de ses idéaux et de ses apôtres, et lui décerne le prestigieux titre de professeur de l’École des Beaux-Arts, devenue nationale.

Continuer la lecture de « L’atelier de sculpture d’Alexandre Falguière (1831-1900) à l’École des Beaux-Arts »

Disgrâce de l’École des Beaux-Arts auprès des élèves d’Ingres ?

Prix de Rome 1832 d’Hippolyte Flandrin (1809-1865)Hippolyte Flandrin, Thésée reconnu par son père, 1832, huile sur toile, H. : 115 cm ; L. : 146 cm, n° PRP 74,  Paris, Beaux-Arts de Paris

La nébuleuse d’artistes constituée par les élèves d’Ingres est, par essence, liée au système académique et à l’École des Beaux-arts au XIXe siècle. L’analyse des écrits de ces peintres interroge la manière dont ils ont perçu son système, voie officielle du succès et de la notoriété, dont la pédagogie reposait sur le concours. L’étude de leurs témoignages permet de renouveler le regard porté sur l’institution, et de réévaluer sa place à l’aune des personnalités, ambitions et choix de carrières de ces derniers. À partir de différents itinéraires d’élèves d’Ingres, il est question d’étudier deux des jalons essentiels de ce système académique, à savoir l’admission à l’École et la réussite au Prix de Rome, ceci permettant d’indiquer leurs positions parfois ambivalentes concernant l’École et l’atelier d’Ingres ; l’importance qu’ils accordent à l’une ou à l’autre étant révélatrice de ce qu’est pour eux la « véritable école ».

Continuer la lecture de « Disgrâce de l’École des Beaux-Arts auprès des élèves d’Ingres ? »

JOURNEE: “Un nouveau Reg-Arts sur l’École des beaux-arts (XIXe-XXe siècles)”

Cette journée a pour ambition d’établir un état des lieux des travaux des jeunes chercheuses et chercheurs portant sur l’histoire de l’École. Elle est organisée dans le cadre de la constitution de la base de données Reg-Arts, qui offrira l’accès au registre des élèves peintres et sculpteurs de l’École des Beaux-Arts de Paris du XIXe siècle à 1968, soit plus de 12000 personnes.

L’atelier Gustave Moreau à l’École des beaux-arts, vers 1897-1898, épreuve sur papier albuminé, Les Beaux-Arts de Paris
Continuer la lecture de « JOURNEE: “Un nouveau Reg-Arts sur l’École des beaux-arts (XIXe-XXe siècles)” »

Appel à communication: Journée jeunes chercheuses et chercheurs “Un nouveau Reg-Arts sur l’École des beaux-arts (XIXe-XXe siècles)”

Journée d’étude du 27 juin 2022 organisée par l’École des beaux-arts de Paris, l’École du Louvre, l’Institut national d’histoire de l’art et le CNRS, en association avec le programme de recherche (Histoire de la pédagogie de la création artistique (HPCA) de l’École nationale des chartes.

L’atelier Gustave Moreau à l’École des beaux-arts, vers 1897-1898, épreuve sur papier albuminé, Les Beaux-Arts de Paris

Jeunes chercheuses, jeunes chercheurs travaillant sur l’École des beaux-arts, manifestez-vous !

Cette journée d’étude a pour ambition d’établir un premier état des lieux des travaux des jeunes chercheuses et chercheurs portant sur l’histoire de l’École des beaux-arts. Elle est organisée à l’occasion du lancement du projet Reg-Arts qui devrait, à l’horizon 2024, offrir l’accès au registre d’inscription des élèves peintres et sculpteurs de l’École du début du XIXe siècle à 1968 dans le cadre d’une base de données permettant de croiser des informations d’ordre social, géographique ou pédagogique.

Continuer la lecture de « Appel à communication: Journée jeunes chercheuses et chercheurs “Un nouveau Reg-Arts sur l’École des beaux-arts (XIXe-XXe siècles)” »

Séminaire “Artistes-enseignantes: La transmission au prisme du genre au XXe siècle”

Edmond Morin, « carte-adresse de Mme Léon Bertaux », reproduit dans Léon Maillard, Les Menus et programmes illustrés, invitations, billets de faire part, cartes d’adresse, petites estampes, du XVIIe siècle
jusqu’à nos jours, Paris, G. Boudet, 1898, p. 284.

Dans la lignée du colloque que nous avions coorganisé sous sa direction, Déborah Laks propose un séminaire à Dijon. Il sera accueilli à l’école des Beaux-Arts et débutera le 14 octobre prochain.

Continuer la lecture de « Séminaire “Artistes-enseignantes: La transmission au prisme du genre au XXe siècle” »

Teaching as Empowerment II: Käthe Kollwitz and her student Elisabeth Voigt

“Art School Certificate of Elisabeth Voigt by Käthe Kollwitz”

Academy of Arts, Berlin, Archive of the Prussian Academy of Arts (1696-1955), Signature: PrAdK 1142, page: 22

“Her effort especially with the medium woodcut corresponds to her extraordinary talent and her thorough way of studying”, Kollwitz states in the art school certificate of Elisabeth Voigt. This document of 1935 is part of the Archive of the Prussian Academy of Arts in Berlin. For several years, Elisabeth Voigt was a student of Käthe Kollwitz at the Prussian Academy of Arts, as the document reveals. As well as in the case of Sella Hasse, which I discussed in the first part of my essay series, Käthe Kollwitz’s mentoring and teaching had also a lasting effect on her student Elisabeth Voigt.

Continuer la lecture de « Teaching as Empowerment II: Käthe Kollwitz and her student Elisabeth Voigt »

Teaching as Empowerment I: Käthe Kollwitz and Her Student Sella Hasse

“Encounter with Käthe Kollwitz” by Sella Hasse
Academy of Arts, Berlin, Sella Hasse – Partial Estate, Signature: Hasse-Sella 12

Käthe Kollwitz, one of the most prominent female artists in Germany, spend almost ten years working as a teacher in two renowned art schools. Even though she was insecure about her teaching assignments, her work as a teacher especially empowered her female students. Two documents from the Archive of the Academy of Arts in Berlin that provide the evidence of Kollwitz’s teaching will function as a starting point to approach this topic of female empowerment through teaching.

Continuer la lecture de « Teaching as Empowerment I: Käthe Kollwitz and Her Student Sella Hasse »

Captations du colloque “Artistes-enseignantes au XXe siècle”/ Now on line!

Les captations du colloque “Artistes-enseignantes au XXe siècle: la transmission au prisme du genre”, organisé en partenariat avec le CNRS et AWARE, sont désormais en ligne.

Les liens suivant vous permettront de découvrir les enregistrements soit directement sur la chaîne YouTube de l’ENC, soit dans le cadre de billets contenant des informations complémentaires transmises par les intervenants et intervenantes.

***

The recordings of the conference “Artist-teachers in the 20th century: transmission through the prism of gender”, organised in partnership with the CNRS and AWARE, are now online.

The following links will allow you to discover the recordings either directly on the ENC’s YouTube channel, or in the form of tickets containing additional information transmitted by the speakers.

Continuer la lecture de « Captations du colloque “Artistes-enseignantes au XXe siècle”/ Now on line! »

Intervention de Clélia Barbut

Étudier la transmission, entre circulation des savoirs et des affects. Le cas du fonds d’archives de Nathalie Magnan.

Continuer la lecture de « Intervention de Clélia Barbut »

Intervention d’Adélie Le Guen

L’enseignement artistique lesbien de Terry Wolverton : prise de parole des artistes femmes et performances de genre.

Continuer la lecture de « Intervention d’Adélie Le Guen »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search