APPEL: “Designer l’enseignement, enseigner le design”/ Revue DEED

La revue DEED se présente comme un espace propice à la réflexion et à la discussion autour des multiples dimensions de l’enseignement du design. Son objectif est de faire émerger de nouvelles perspectives et approches pédagogiques innovantes dans ce domaine en pleine évolution. Ce premier numéro s’inscrit dans la continuité d’un colloque international organisé par l’Institut supérieur des Beaux-Arts de Tunis sous le thème « Enseigner le design, designer l’enseignement ». La revue souhaite approfondir la réflexion autour des pratiques, des enjeux et des perspectives de la formation en design, en examinant sous différents angles comment la conception du design et des pratiques artistiques influence et façonne les approches pédagogiques, et réciproquement, comment les choix d’enseignement impactent la conception et la transmission dans ces disciplines.

Appel ouvert jusqu’au 25 août 2024.

Détails ici: https://calenda.org/1170572

JOURNEE: “Enseigner la danse : histoire, rôle et usages du diplôme d’État”

Le 19 juin 2024 dans le cadre du projet ANR EnDansant « Pour une histoire des enseignant∙es en danse ». Programme de recherche (2021-2025) porté par l’Université Polytechnique Hauts-de-France / LARSH-CRISS, l’Université de Lille / CEAC et l’Université de Strasbourg / ACCRA, en partenariat avec le Centre national de la danse, les Archives nationales et la Bibliothèque nationale de France (Département des Arts du Spectacle), se tiendra une Journée de réflexion et d’expérimentation (JRE).

Cette 3ème édition des JRE bénéficie du concours de l’Université de Bretagne Occidentale / HCTI.

Troisième et dernier volet d’un cycle consacré à la construction du métier d’enseignant∙e en danse, ainsi qu’aux conditions et lieux de son exercice, ces journées de recherche et d’expérimentation s’intéressent à l’histoire, au rôle et aux usages du diplôme d’État (DE) de professeur de danse, depuis sa mise en place en 1989.

Programme complet ici: https://calenda.org/1172865

JOURNEE: “Enseigner le design graphique à l’université. Qu’est-ce que la recherche fait à la pédagogie?”, 23-24 janvier 2024

Journée d’études sur l’enseignement du design graphique à l’Université de Strasbourg les 23 et 24 janvier 2024, Maison Interuniverstaire des Sciences de l’Homme – Alsace (Misha).

_______

Qu’est-ce qu’introduit, à l’endroit d’une formation en design graphique, l’adossement à la recherche ? Cette journée d’études est organisée dans le contexte du développement de l’enseignement du design graphique et numérique à l’Université de Strasbourg en licence, master et doctorat.

Elle vise plus largement à prolonger sur le terrain de l’enseignement les questions posées lors de l’exposition « Une cartographie de la recherche en design graphique », présentée au Signe, centre national du graphisme, en 2017 et de la journée d’études « Design graphique, manières de faire de la recherche » organisée au Centre Pompidou (CNAP, Université de Strasbourg, Bibliothèque Kandinsky) en 2021.

Il s’agira d’interroger la manière dont la recherche déplace et transforme la pédagogie et l’enseignement du design graphique, en répondant aux nouveaux enjeux auxquels est confrontée la discipline au XXIe siècle.

Continuer la lecture de « JOURNEE: “Enseigner le design graphique à l’université. Qu’est-ce que la recherche fait à la pédagogie?”, 23-24 janvier 2024 »

Journée d’étude “Faire l’histoire de l’émigration artistique à travers ses réseaux”, 30 novembre 2023

Le 30 novembre 2023 entre 9h et 18h en salle Delisle à l’Ecole nationale des chartes, Claire Demoulin propose la journée d’étude “Faire l’histoire de l’émigration artistique à travers ses réseaux”. Le programme inclut un panel sur la formation.

Cette journée d’étude est consacrée au rôle des réseaux d’émigrés dans la création artistique. Il s’agit d’interroger les rapports entre univers sociaux et création artistique, autant pour le rôle structurant des réseaux de sociabilité sur lesquels les créateurs s’appuient pour se positionner dans leur milieu professionnel que, en retour, pour l’impact et/ou l’influence de ces réseaux sur le contenu des œuvres. Dans cette perspective, l’objectif de cette journée d’étude est de préciser les diverses méthodes d’analyse qui servent l’étude des rapports entre réseaux et œuvres, les résultats qu’elles permettent, les limites qu’elles rencontrent. Comment concilier, par exemple, les outils des sciences humaines et sociales, tels que l’analyse des réseaux, à ceux de l’analyse formelle ou des transferts culturels ? Pour mettre en lumière la dimension méthodologique de ces recherches, il s’agira d’exposer le type de sources, d’archives et de traces sur lesquelles reposent ces analyses.

Continuer la lecture de « Journée d’étude “Faire l’histoire de l’émigration artistique à travers ses réseaux”, 30 novembre 2023 »

Séminaire Reg-Arts 2023-2024

Le séminaire de recherche “Trajectoires plurielles : les élèves de l’École des beaux-arts de Paris , 1800-1968” mené dans le cadre du programme REG-Arts reprend pour 2023-2024 sous la direction d’Alice Thomine Berrada (ENSBA), France Nehrlich (INHA) et Déborah Laks (CNRS).

Continuer la lecture de « Séminaire Reg-Arts 2023-2024 »

Alexandrine: ressources documentaires des Beaux-Arts de Paris

L’Ecole nationale des Beaux-Arts de Paris a mis en ligne le portail Alexandrine afin de signaler et donner accès à ses ressources documentaires. En lien avec l’histoire de la pédagogie de la création artistique, on y trouvera des éléments intéressants.

La section “Collections” offre un parcours à travers les oeuvres des élèves d’hier à aujourd’hui. Des articles thématiques expliquent les oeuvres et donnent des pistes d’approfondissement (ex: sur les dessins scolaires ou les collections scolaires).

La section “Bibliothèque numérique” devrait donner accès (entre autres) aux archives de l’école, à des images de diplômes. Un diporama des images de diplômes 2022 est disponible sur la page d’accueil.

DISCUSSION: « Les écoles d’art qui changent le monde », 25 mai 2023

Le 25 mai 2023 à 19h, à ENSBA, se tiendra une discussion autour du livre de Marc Partouche : Les écoles d’art qui changent le monde, en partenariat avec AICA France et le cycle « Entre les lignes, version critique ». La conversation sera animée par Alain Berland et François Salmeron.

L’auteur, Marc Partouche, est historien et théoricien de l’art, commissaire d’expositions. Il est doyen de l’Académie MeiAo de l’International Art and Design Center, Shenzhen (Chine). Il a été directeur de l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs, Paris, directeur de l’Académie royale des Beaux-Arts de Bruxelles-École Supérieure des Arts, directeur scientifique de la Cité Internationale du Design, Saint-Etienne, conseiller du Délégué aux arts plastiques du Ministère de la Culture et inspecteur général pour la recherche, la création technologique et l’audiovisuel de la délégation aux arts plastiques du ministère de la Culture.

Une séance de signatures est prévue à la fin de la conférence. 

Beaux-Arts de Paris
Amphithéâtre des Loges
14 rue Bonaparte, Paris 6

Entrée libre dans la limite des places disponibles
Retransmis en direct sur Instagram et YouTube
À retrouver J+7 en podcast

Les Helvètes et le concours d’entrée à l’École des beaux-arts, crainte ou désintérêt ? (1850-1900) 

par Coraline Gajo-Guyot

« J’ai l’honneur de vous présenter un élève de l’École des Beaux-Arts de Paris, atelier de Gérôme.- Depuis ce matin je fonctionne comme tel, et je n’ai rien de plus pressé que de venir vous l’annoncer », Lettre d’Eugène Burnand à ses parents, Paris, le 28 octobre 1872, bibliothèque cantonale et universitaire, fonds Eugène Burnand, IS 4989.

La seconde moitié du XIXe siècle est marqué par un profond changement de l’image de l’École des beaux-arts qui, peu ou prou, voit son hégémonie pédagogique être remise en cause par des débats institutionnels. Les artistes suisses, venant à Paris pour y acquérir des savoirs pratiques, mais aussi et surtout un capital symbolique, sont ainsi directement confrontés à cette mutation engendrée parce que l’institution ne répond plus réellement aux besoins de ceux et celles qui la constitue. Une réalité dont ils semblent conscients et à l’aune de laquelle ils fondent leur choix de formation.

Continuer la lecture de « Les Helvètes et le concours d’entrée à l’École des beaux-arts, crainte ou désintérêt ? (1850-1900)  »

Élèves et modèles, une éducation teintée de brutalité : récits d’humiliations au sein des ateliers d’artistes au XIXème siècle, lieu d’homosocialité et de compétitivité

Anonyme, Atelier de Jean-Léon Gérôme, 1900

La question soulevée dans cette proposition fait avant tout référence à deux travaux de mémoires réalisés en 2016 et 2018, traitant spécifiquement de la présence des femmes (artistes, modèles, massières) au sein du paysage éducatif et artistique de la fin du XIXème siècle et du début du XXème siècle, notamment à l’École des Beaux-Arts de Paris.

Continuer la lecture de « Élèves et modèles, une éducation teintée de brutalité : récits d’humiliations au sein des ateliers d’artistes au XIXème siècle, lieu d’homosocialité et de compétitivité »

La réception de l’École des Beaux-Arts de Paris à l’aube du XXème siècle

« Non seulement les portes et les fenêtres de ce château de la Belle-au-Bois-Dormant ne s’ouvrent jamais à la vie du dehors que les habitants détestent de parti pris, mais, rue Bonaparte, tout ce qui ne présente pas l’estampille classique est honni et aveuglement frappé d’ostracisme. »

Continuer la lecture de « La réception de l’École des Beaux-Arts de Paris à l’aube du XXème siècle »

Hystérie, “poseuses” et music-hall : la naissance du modèle féminin en tant que stratégie performative de la politique du corps moderne (1880-1900)

Désiré Magloire Bourneville, Paul Regnard, Planche XXX. Hystéro-épilepsie. Sommeil hypnotique, Iconographie photographique de la Salpêtrière : service de M. Charcot, tome III, 1879-1990. Paris, BIU Santé Médecine, LIVR2013108.

Dans cette intervention, je voudrais esquisser une rencontre particulière entre la pratique clinique concernant l’hystérie, le cursus pédagogique à L’École des Beaux-Arts, le spectacle populaire et le discours distinct au regard de la théâtralité de la société à Paris à la fin du XIXe siècle, qui a produit une politique du corps exposé, artificiel et convulsif, se centrant autour de la figure du modèle féminin d’artiste. Nous essaierons de reconstituer dans son ampleur la pratique prévalente des autorités médicales et pédagogiques ainsi que l’imaginaire culturel de la modernité, qui ont constitué non seulement le discours sur l’économie des rapports dans l’atelier d’artiste, mais aussi l’entrée du modèle dans la sphère publique, la rue, la scène du théâtre populaire et la presse en tant que poseuse, un nouveau symbole de la modernité corporelle fondé sur exhibition et performance du soi.

Continuer la lecture de « Hystérie, “poseuses” et music-hall : la naissance du modèle féminin en tant que stratégie performative de la politique du corps moderne (1880-1900) »

Une révolte conformiste ? Appropriation et contestation de l’enseignement des arts décoratifs à l’École des beaux-arts vers 1900

  • Le « groupe de Rome » ou le renouveau de la tradition académique par le décor

En 1921, l’École des beaux-arts exposa, comme chaque année, les œuvres envoyées par ceux de ses anciens élèves qui avaient remporté le prix de Rome. Plusieurs peintres (Jean Dupas, Robert Pougheon, Jean Despujols et Louis Rigal) marquèrent à cette occasion leurs distances avec l’enseignement de l’École (Lechleiter 2008 ; Deltour à paraître). Dans ses Pigeons blancs, qui scandalisèrent les professeurs de l’École et l’Académie des beaux-arts, Jean Dupas adopte une palette vive et antinaturaliste pour représenter des femmes dansant dans un paysage idyllique, sans prétexte iconographique précis. Il abandonne la narration, la représentation de l’espace en perspective et la correction anatomique des figures, dont il avait pourtant dû faire la démonstration dans L’Amour vainqueur du dieu Pan, pour lequel il avait reçu le prix de Rome en 1910. La précédente génération des Beaux-arts, sortie de l’École entre 1890 et 1900, avait abandonné les sujets historiques pour traiter de manière naturaliste des scènes de la vie contemporaine. Formé autour de Dupas, le « groupe de Rome » se tournait plus radicalement vers la peinture décorative, abandonnant la narration et « l’imitation de la nature » qui en constituaient le cœur (Sérié 2014).

Continuer la lecture de « Une révolte conformiste ? Appropriation et contestation de l’enseignement des arts décoratifs à l’École des beaux-arts vers 1900 »

L’atelier de sculpture d’Alexandre Falguière (1831-1900) à l’École des Beaux-Arts

Carolus-Duran (Charles Emile Auguste Durand, 1837-1917). Portrait d’Alexandre Falguière, 22 mars 1870. Paris, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, Petit Palais. ©Paris Musées

Figure incontournable de la sculpture française sous la Troisième République, Alexandre Falguière (1831-1900) en est aussi l’un des professeurs les plus éminents. Sa carrière est l’exemple parfait de l’ascension sociale et démocratique dont peut bénéficier un artiste ambitieux qui, grâce à un système de prix et de bourses, aspire à une réussite nationale et à une reconnaissance institutionnelle. Né à Toulouse en 1831, Falguière mène un parcours exemplaire : élève à l’École municipale des Beaux-Arts, il rejoint rapidement Paris pour se former dans les ateliers les plus en vogue de la capitale, dont celui de François Jouffroy qui le présente à l’École impériale des Beaux-Arts. Fort d’une formation théorique et pratique rigoureuse, il décroche le prestigieux prix de Rome en 1859 aux côtés de son camarade Léon Cugnot, titre lui ouvrant les portes de la Villa Médicis. Rapidement, le sculpteur rencontre ses premiers achats officiels : le Vainqueur au combat de coqs en 1862, son troisième envoi de Rome, puis le Tarcisius, présenté en 1868 et lui valant la médaille d’honneur au Salon. Engagé militairement au cours de la guerre franco-prussienne, Falguière devient ensuite un artiste chéri par la République qui lui confie alors l’incarnation de ses idéaux et de ses apôtres, et lui décerne le prestigieux titre de professeur de l’École des Beaux-Arts, devenue nationale.

Continuer la lecture de « L’atelier de sculpture d’Alexandre Falguière (1831-1900) à l’École des Beaux-Arts »

APPEL A CONTRIBUTIONS: ” Enseigner la danse. Représentations et statuts du métier”.

En vue de son 13e numéro, la revue Recherches en danse, qui sera dirigé par Emmanuelle Delattre-Destemberg, Marie Glon et Guillaume Sintès. Cet appel intitulé “Enseigner la danse. Représentations et statuts du métier” est ouvert aux articles scientifiques et témoignages-explications. Les propositions sont à transmettre avant le 1er mars.

L’appel intervient parallèlement au projet « En Dansant. Pour une histoire des enseignant·es en danse » qui réfléchit à la construction sociale du métier en France (XVIIe-XXIe siècles). Il sera question, avec ce numéro thématique, d’explorer les représentations et imaginaires du métier. Cette thématique permettra ainsi d’accueillir des propositions académiques – qui pourront l’éclairer d’un point vue historique, sociologique, anthropologique, littéraire, philosophique, juridique… – comme la parole et les témoignages de praticien·nes, enseignant·es et pédagogues issu·es d’horizons, cadres et esthétiques divers.

Plus d’informations via ce lien.

PARUTIONS: histoire de l’enseignement de l’architecture

Nous signalons deux publications sur l’histoire de l’enseignement de l’architecture, intervenues fin 2022.

D’une part, l’ouvrage d’Amandine Diener publié aux PUR : Enseigner l’architecture aux Beaux-arts (1863-1968). Entre réformes et traditions. L’auteure traite, à l’appui de nombreux documents, la période qui s’étend de la réforme mise au point par Viollet-le-Duc en 1863 jusqu’à la disparition de la section d’architecture des Beaux-Arts en 1968. Pour une présentation plus développée, voir la recension réalisée par Clotilde Roullier dans les Livraisons d’histoire de l’architecture: ici.

D’autre part le collectif, préfacé par Maryvonne de Saint-Pulgent: L’architecture en ses écoles. Une encyclopédie de l’architecture au XXe siècle. Volumineux et essentiel, l’ouvrage propose 341 notices aux formes variées et rédigées par près de 150 contributeurs et contributrices. Il a été publié chez Locus Solus.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search