Chantier d’archives orales sur la pédagogie de la création en danse au CNSMDP

Le premier panorama des sources existantes a montré la nécessité d’une collecte orale. Il a donc été décidé de mener, dès la première année de ce programme, un « chantier test ». Une expérimentation méthodologique semblait nécessaire, car les campagnes d’archives orales habituellement menées par le Comité d’Histoire concernent des administrateurs et non des artistes qui choisissent souvent d’autres modes d’expression que l’écrit ou le verbe. Choisir comme terrain d’expérimentation le domaine de la danse a permis de souligner l’importance du geste et de la présence des corps dans la transmission ainsi que celle de l’oralité.

Ce chantier a été mis en œuvre par Claude Sorin (professeur en histoire de la danse CRR de Paris et de Boulogne, chercheuse sur les archives orales de la danse) et Guillaume Sintès (chercheur associé, Département Danse – Paris 8) avec le concours de Patrick Germain-Thomas (enseignant-chercheur, Novancia), encadrés par le Comité d’Histoire du ministère de la Culture et de la Communication.

  • Corpus et scénario des entretiens :

Un panel de pédagogues et d’anciens élèves-interprètes s’étant engagés dans une carrière de chorégraphe a été composé, de telle sorte que les deux filières danse classique et danse contemporaine puissent être abordées. Les entretiens réalisés auprès des enseignants s’ouvrent sur une courte introduction sur le récit de carrière des témoins avant leur prise de fonction au conservatoire. L’essentiel de l’échange se poursuit sur leur action pédagogique au sein du CNSMDP, par le récit du déroulement d’une classe type ; de leur vision de l’évolution de l’enseignement de la danse et des attentes des élèves ; des liens éventuels avec l’université, avec les autres filières du conservatoire etc.

Les entretiens auprès d’anciens élèves permettent d’aborder les débouchés professionnels de la formation au CNSMDP ; l’effet de « classe » et la complexité des échanges entre les élèves des différentes filières. Tous les entretiens se terminant par une ouverture sur ce que pourrait-être la formation idéale du danseur.

  • Une série de huit entretiens :

Une série de huit entretiens semi-dirigés d’une durée d’une à deux heures a été réalisée auprès des personnalités suivantes :

Jean-Christophe Paré, actuel directeur des études chorégraphiques au CNSMDP ;

Peter Goss, ancien enseignant de danse contemporaine au CNSMDP ;

Carole Lagache, ancienne enseignante de techniques de danse classique au CNSMDP ;

Muriel Belmondo, ancien maître de ballet du Junior Ballet Classique du CNSMDP ;

Christine Gérard, ancienne enseignante de l’atelier de composition et d’improvisation du CNSMDP ;

Odile Rouquet, ancienne enseignante d’anatomie et d’analyse du mouvement[1];

Nans Martin, chorégraphe et ancien élève du parcours classique du CNSMDP, formé début 2000 ;

Aurélie Berland, chorégraphe et ancienne élève du parcours contemporain du CNSMDP, formée début 2000.

Synthèse des éléments d’enquête déposés au Comité d’histoire du ministère de la culture
  • Un fonds d’archives orales :

Les enregistrements audio sont accompagnés de fiches d’indexation facilitant leur usage. Les fiches chrono-thématiques pointent les thèmes abordés au cours de l’entretien ainsi que les noms propres de personnes ou de lieux. Ces archives orales seront consultables au Comité d’Histoire du ministère de la Culture et de la Communication.

NB: Ces éléments sont tirés du rapport de synthèse effectué par Isabelle Conte, contractuelle sur HPCA en 2016 et 2017.


[1] Bien que n’intervenant plus dans la formation initiale, son enseignement est présent aujourd’hui encore dans les cursus de notation Laban et Benesh dispensés par le CNSMDP.


Auteur/autrice : Stéphanie-Emmanuelle Louis

Docteure en histoire contemporaine de l'EHESS, elle a soutenu une thèse en 2013 sur la patrimonialisation du cinéma en France entre 1944 et 1968. Son approche croise muséologie, études visuelles et histoire des politiques culturelles et des usages sociaux du passé. Elle travaille en association avec l'Institut d'histoire du temps présent (IHTP-CNRS) depuis 2007. Elle fait partie du collectif organisateur du Séminaire d'histoire culturelle du cinéma.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.