L’AII de l’ENSAD au cœur de l’enseignement du cinéma d’animation

L’AII (Atelier Image et Informatique) a été mis en place par l’école nationale des arts décoratifs (ENSAD) en 1982 afin de mêler la création artistique et l’utilisation des récentes technologies numériques. La dernière promotion à pouvoir participer à cet atelier fut celle de 2006-2007[1]. De nombreux courts-métrages issus des différentes promotions de l’atelier on été déposés à l’INA et on se propose ici de les étudier.

Pour ce faire, on a effectué un visionnage non exhaustif et notamment adopté la technique du sondage au sein de ce corpus d’environ trois cents films. Selon le classement de l’INA, on a visionné systématiquement le premier film de chaque promotion. De plus, nous avons visionné en priorité les compilations de travaux d’élèves regroupant les différents films d’une même promotion d’étude car cela offrait un aperçu général et permettait de comparer les courts-métrages entre eux[2].

De la sorte, on a pu acquérir une idée globale du corpus. On livrera donc ici quelques commentaires fondés sur notre observation, afin d’esquisser les intérêts et les pistes de réflexions offerts par cet ensemble de films pour l’histoire de l’enseignement du cinéma d’animation. On verra notamment l’importance du renouvellement des moyens techniques dans la transformation des travaux d’élèves et dans l’alignement de la formation sur le niveau des pratiques professionnelles.

  • Le Tektronix et les balbutiements de l’AII

Au fur et à mesure des visionnages on note que le corpus est marqué par différentes phases et tendances. Entre 1982 et 1985, les balbutiements des premières images numériques sont tremblants et saccadés mais présentent de manière innovante des formes géométriques réalisées à partir de la technique du « fil de fer ». Par exemple, Escaliers(1984) d’Anne Brotot[3] mais aussi les créations sans crédits appelées Premiers essais (1984) et Têtes (1984) sont réalisés grâce à des machines appelées Tektronix 4114 et 4115. On peut y observer des déplacements virtuels autours de formes disposées dans un univers rudimentaire à trois dimensions, uniquement composé d’un fond noir. La caméra virtuelle passant à travers le A du mot « Ensad » modélisé en 3D dans Premiers essais rappelle déjà les prémices des images de synthèse et le moment où l’appareil filmique semble traverser l’anse d’une cafetière dans Panic Room (2002) de David Fincher. A partir de simples lignes, à la manière des tout début des films d’animations réalisés par Émile Cohl, les élèves de l’AII étaient déjà capables de réaliser des pseudo-visages, des escaliers et diverses formes géométriques, mais cela restait encore peu développé et ces documents n’existaient alors que pour eux-mêmes en tant que pures créations.

  • La palette graphique : création facilité et images numériques plus accessibles

Dès 1985 on remarque une augmentation croissante du nombre de travaux présentant des dessins informatiques en deux dimensions – la plupart du temps réalisés en live au sein même de la vidéo. Ceci est dû à de nouveaux équipements : une dotation permet en effet de compléter le parc de matériel de l’école par des palettes graphiques et des terminaux de composition vidéotex. L’atelier s’ouvre alors à un plus grand nombre d’étudiants. On recense ainsi un plus grand nombre de travaux de qualités variables. Les créations se diversifient et se voient dotées parfois de musique et/ou de bruitages. On peut alors remarquer que le court film d’animation Nautile (1985)d’Anne Brotot se distingue des autres en proposant une animation pourvue d’un sens : la présentation d’un modèle de sous-marin en partenariat avec l’entreprise IFREMER. Certains élèves se démarquent ainsi des autres en réalisant des projets plus professionnels, en collaborant avec différents organismes dans le cadre de leur formation à l’ENSAD. A côté de cela, on observe des réalisations plus ludiques et libres avec moins de rigueur technique (ex. Plage (Sylvie Platte), Envol (Nathalie Lombard), Carnaval (Revillard Thierry et Patte Sylvie)). Les thèmes sont fréquemment joyeux et colorés et on n’a pas encore observé de travaux tragiques.  Les sujets d’actions sont aussi favorisés : le mouvement et le sport sont mis à l’honneur dans de nombreux films.

  • Perfectionnement de la 3D

En 1987, une importante subvention du plan interministériel « recherche-image » permet l’achat d’une première station Silicon Graphics avec le logiciel Action3D de la Sogitec. L’ENSAD entre ainsi dans la 3D haut de gamme. L’enseignement se perfectionne et le matériel aussi, ce qui permet aux élèves de l’atelier de suivre les progrès technologiques dans le temps de leur formation. A partir de cette époque, un logo animé avec la lettre « a » en relief va introduire les films et imposer la signature de l’atelier image et informatique comme quelque chose d’établi et ayant pris de l’ampleur. Le montage commence à remplacer les aplats de dessins ludiques et les codes cinématographiques semblent se mêler petit à petit aux créations des élèves.

On remarquera alors deux grandes tendances au sein du corpus : la création à visée artistique et la création à visée technique ou promotionnelle. Par exemple, 1987-1988, Gwenola Vignaud présente un film d’animation utilisant la technique du morphing pour transformer un bateau à voile en flacon de parfum afin de présenter un produit de la marque Capucci. Plus tard, Philippe Granger présentera des objets médicaux en collaboration avec la société Biotherm ainsi qu’un nouveau modèle de voiture en partenariat avec le groupe Renault Design Industriel.

  • Permanences et mutations esthétiques

Les sujets des travaux semblent libres et traduisent ainsi les thèmes favoris des étudiants, mais aussi les questionnements de leur génération. Ces films laissent par exemple une trace des musiques que pouvaient écouter et se procurer les étudiants[4]. Entre 1987 et 2007 on constate une place de plus en plus importante de la musique qui devient expressive et qui est parfois composée spécialement pour le film, ceci de manière croissante. Jean-Pierre Caudmont, qui ne faisait pas partie des promotions, apparait de nombreuses fois dans les génériques des courts-métrages. Les élèves faisaient appel à des créateurs extérieurs et pouvaient déjà fonder les bases d’un potentiel réseau professionnel. Les génériques se font aussi de plus en plus longs et se voient remplis de postes de plus en plus variés et spécialisés. Le mixage sonore, le bruitage, mais aussi les différents postes d’assistants. Les courts-métrages de l’AII témoignent ainsi à petite échelle de l’évolution du milieu de la production numérique qui se développent considérablement, aussi bien artistiquement qu’économiquement entre les années 1980 et les années 2000. La mise en abime de la machine informatique est aussi observable dans plusieurs créations. Les images de synthèse sont de ce fait de plus en plus orientées vers la figuration de l’irreprésentable, plutôt que vers le simple dessin enfantin.

Cependant, le dessin n’est en rien mis de côté et à partir des années 1990 des films comme Histoire de crayon sont sélectionnés dans de nombreux festivals. Les notices des fonds de l’INA proposent d’ailleurs les listes de ces différentes sélections pour chaque film ; listes qui s’allongent au fur et à mesure que les années passent et que l’atelier et ses étudiants sont reconnus dans le monde de l’image animée. Les différentes promotions de l’AII se sont ainsi améliorées en même temps que les images de synthèse ont été reconnues comme d’officielles images animées[5]. Ce corpus de différents courts-métrages d’animation disponible à l’Inathèque est aussi un riche recueil des différentes techniques d’animation pouvant être utilisées. On y trouve par exemple de la modélisation 3D et du dessin 2D. Mais aussi de l’incrustation et des images de synthèses mêlées à des prises de vues réelles (La Roulette(Kalbache Nicolas), Chasse à Puzzle (Caicedo de Roux Santiago[6]). On y trouve même du collage.

Certains des élèves ont eu une influence remarquable sur le milieu du cinéma d’animation occupent aujourd’hui des postes importants.

Les travaux des élèves sont disponibles en consultation à l’Inathèque mais sont aussi visionnables sur le site de l’AII qui les répertorie par année de promotion. Ce dernier propose des photogrammes des différentes œuvres, des documents informatifs sur l’histoire de l’atelier et permet de dresser une liste des différents matériels et logiciels utilisés pour la création des divers courts-métrages. En effet, chaque court-métrage répertorié est annoté de manière variable selon les documents d’une date, d’un synopsis, de son générique, de ses prix, de ses techniques, etc. On y voit ainsi apparaître dans ces listes des logiciels de la gamme Adobe comme Photoshop, Premiere ou After Effects qui ne sont aujourd’hui plus simplement des logiciels professionnels mais des outils démocratisés.


[1] Pour plus d’informations, voir ce lien : http://histoire3d.siggraph.org/index.php?title=AII

[2] Pour plus d’informations, voir ce lien : http://histoire3d.siggraph.org/index.php?title=AII

[3] Elle est aujourd’hui directrice de l’école MOPA, une école du cinéma d’animation 3D.

[4] Par exemple plusieurs utilisations des premiers singles de Jean-Michel Jarre.

[5] « Il faudra quelques années à l’image de synthèse pour qu’elle soit acceptée comme technique d’animation à part entière par certains puristes qui refusent l’apport de l’ordinateur », Bernard GÉNIN,  André MARTIN, « L’avènement de l’image de synthèse », Le cinéma d’animation, Encyclopédie Universalis, URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/image-de-synthese/

[6] Cet ancien élève est aujourd’hui réalisateur et producteur exécutif.



Citer ce billet
Antonin Branger (2022, 1 juin). L’AII de l’ENSAD au cœur de l’enseignement du cinéma d’animation. HPCA. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pph1

Auteur/autrice : Antonin Branger

Etudiant en Master Cinéma et Audiovisuel option Recherche à l'Université Paris 1 Panthéon Sorbonne. Stagiaire dans le département "Direction de la recherche et des relations internationales" à l'Ecole Nationale des Chartes. Réalisateur/Compositeur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search