SEMINAIRE Reg-Arts : autour du registre des anciens élèves peintres et sculpteurs de l’École des beaux-arts

Entre 1800 et 1968, plus de 13 000 élèves peintres et sculpteurs se sont inscrits à l’École des beaux-arts de Paris. Dans le cadre du projet de publication numérique des registres d’inscription de l’École (Beaux-arts de Paris, CNRS et l’INHA), ce séminaire a pour objet d’interroger les données contenues dans ces documents et d’en sonder la richesse. Les informations sur l’origine géographique des élèves, leur genre, leur âge, leur parcours scolaire, leur adresse à Paris et leur garant doivent être soumises à une lecture critique. Ces données permettent d’interroger l’idée d’atelier, de généalogies et réseaux artistiques mais aussi les trajectoires transrégionales et transnationales dans leur durée, la féminisation croissante de la population étudiante, les effets de masse et de distinction, etc. À partir de cette formidable mine, le séminaire offrira l’occasion de croiser des approches disciplinaires, ainsi que le regard des spécialistes de l’histoire de la pédagogie artistique et celui des actuels et anciens enseignants et des élèves de l’École.

Programme du séminaire 2022-2023

Reg-Arts sur la formation des artistes, théories et témoignages – 12 octobre 2022

Intervenants : Thierry de Duve (Hunter College, New York) et Hélène Delprat (Beaux-Arts de Paris)

La soirée du 12 octobre est la première séance du séminaire mensuel appelé à réunir artistes et chercheur.e.s autour de l’établissement de cette base de données qui, en permettant de produire des statistiques ainsi que de visualiser des trajectoires et des effets de réseau, donnera matière à une réévaluation critique de l’histoire de l’École des beaux-arts.

Afin d’interroger le caractère contemporain des problématiques soulevées par Reg-Arts, les trois responsables du projet, France Nerlich (INHA), Déborah Laks (CNRS) et Alice Thomine-Berrada (Beaux-Arts de Paris) dialogueront avec le théoricien et critique d’art Thierry de Duve, auteur de Faire école (1992, réédité en 2008 sous le titre de Faire école (ou la refaire)) et Hélène Delprat, artiste, ancienne élève et enseignante des Beaux-Arts de Paris.

(18h-20h, Beaux-Arts de Paris, amphithéâtre d’honneur)

Mémoire d’atelier I – 25 novembre 2022

Intervenants : François-René Martin (Beaux-Arts De Paris/École du Louvre), Clara Lespesailles (École du Louvre), Alain Bonnet (Université de Bourgogne)

La séance du 25 novembre sera consacrée aux ateliers. La présentation des recherches récentes sur l’atelier d’Ingres par Clara Lespessailles et François-René Martin, sera l’occasion d’en renouveler la compréhension. Alain Bonnet s’attachera à expliquer les conséquences de la réforme de 1863, qui institue des ateliers au sein même de l’École. L’étude des registres matricules permettra d’évaluer l’impact du système de ces ateliers publics et gratuits dans la réussite au concours d’entrée et au prix de Rome.

(14h-16h, Beaux-Arts de Paris, amphithéâtre d’honneur)

Mémoires d’atelier II – 16 décembre 2022

Intervenants : Déborah Laks (CNRS), Émilie Verger (docteur en histoire de l’art, Université de Paris Panthéon Sorbonne), Flore Chesnay (artiste)

Consacrée aux ateliers, la séance du 25 novembre 2022 proposera des éclairages sur la place, le rôle et le fonctionnement des ateliers au sein de l’École des beaux-arts aux XXe et XXIe siècles. Émilie Verger retracera la pédagogie singulière proposée par Roger Chastel dans son atelier entre 1864 et 1869 et l’artiste Flore Chesnay, ancienne élève de l’École, partagera son expérience au sein de celui dirigé par Elsa Cayo entre 2005 et 2017.

(14-16 heures, INHA, salle Vasari)

Entrer/Sortir de l’École. Du règlement à la pratique – 13 janvier 2022

Intervenants : Alice Thomine (Beaux-arts de Paris), Emmanuelle Quilez (chercheuse indépendante), Mayken Jonkman (RKD, La Haye)

La séance du 13 janvier permettra d’envisager sur le temps long les questions soulevées par deux moments forts du parcours des élèves, l’entrée et la sortie de l’École. Alice Thomine-Berrada et Emmanuelle Quilez retraceront l’évolution du concours d’entrée à partir des règlements. Cette perspective historique sera confrontée au témoignage d’un ancien élève relatif à son entrée à l’École. L’enquête de Mayken Jonkman permettra d’évoquer, à partir des élèves des Beaux-Arts présents dans les registres de la galerie Goupil (1863-1884), la professionnalisation des jeunes artistes à la sortie de l’École.

(14h-16h, Beaux-Arts de Paris, Amphithéâtre d’honneur)

Trajectoires transnationales. L’École des beaux-arts – une École européenne ? – 10 février 2023

Intervenants : Pascal Griener (université de Neuchâtel), France Nerlich (INHA), Daniel Galicia (artiste)

Alors que nombre de manuels considèrent l’École des beaux-arts de Paris comme un bastion de l’art français et que ses règlements excluaient les élèves de nationalité étrangère des prix des concours, force est de constater que l’École attirait nombre d’élèves en provenance de l’étranger. Cette séance reviendra sur la question de l’attractivité de l’école, de son image et de sa réputation au-delà des frontières et des attentes que pouvaient avoir à son égard les élèves venant d’autres pays européens. Il sera aussi question des sources et méthodes pour reconstruire l’expérience vécue par ces élèves et leur perception de l’école par rapport aux autres lieux de formation à Paris. La place des registres dans ces enquêtes sera interrogée.

(14h-16h, INHA, salle Vasari)

Trajectoires transnationales II. Artistes du continent africain à l’École des beaux-arts – 17 mars 2023

Intervenants : Idriss Diabaté, Lola Mirti (INHA) et Pauline Monginot (INHA)

Dédiée aux trajectoires transnationales des élèves de l’École, cette séance se centrera sur le continent africain. Après la projection du film d’Idriss Diabaté, Yankel ! L’Afrique à l’atelier, qui brosse le portrait des élèves africains de l’atelier de Jacques Yankel aux Beaux-Arts de Paris (1968-1985), les historiennes de l’art Lola Mirti et Pauline Monginot, évoqueront le caractère international de la formation des artistes éthiopiens et malgaches. 

(14h-16h, INHA, salle Vasari)

Trajectoires transnationales III. L’École des beaux-arts et les circuits de l’exil – 14 avril 2023

Intervenants : Marianne Amar (Musée de l’histoire de l’Immigration), Cécile Bargues (INHA), Ming Tiampo (Carleton University) et Chuong Dai Vo (Cité internationale des arts)

Cette séance approfondira la place des élèves étrangers au sein de l’École avec les historiennes de l’art Marianne Amar, Cécile Bargues, Ming Tiampo et Chuong Dai Vo, sous l’angle des questions de l’exil, des nationalités et des identités qui furent particulièrement vives au XXe siècle, dans un contexte colonial et post-colonial.

(14h-16h, INHA, salle Vasari)

Du registre à la datavisualisation des trajectoires. Réflexions sur l’édition numérique des registres d’inscription à l’École des beaux-arts (restitution de l’atelier datathon) – 12 mai 2023

La séance sera l’occasion de présenter en détail le travail et les réflexions interdisciplinaires menées par l’équipe du projet sur les données issues des registres d’inscription des élèves peintres et sculpteurs à l’École des beaux-arts : partis pris méthodologiques de normalisation, enrichissement des données et mise à disposition des données via des visualisations.

(14h-16h, INHA, salle Vasari)

Informations pratiques de localisation suivant les séances:

École des Beaux-Arts de Paris- Amphithéâtre d’Honneur- 14, rue Bonaparte- 75006 Paris

INHA- Salle Vasari (1er étage)- 2, rue Vivienne- 75002 Paris

Contact : lucie.lachenal[at]beauxartsparis.fr



Citer ce billet
Stéphanie-Emmanuelle Louis (2022, 16 novembre). SEMINAIRE Reg-Arts : autour du registre des anciens élèves peintres et sculpteurs de l’École des beaux-arts. HPCA. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pphe

Auteur/autrice : Stéphanie-Emmanuelle Louis

Docteure en histoire contemporaine de l'EHESS, elle a soutenu une thèse en 2013 sur la patrimonialisation du cinéma en France entre 1944 et 1968. Son approche croise muséologie, études visuelles et histoire des politiques culturelles et des usages sociaux du passé. Elle a travaillé en association avec l'Institut d'histoire du temps présent (IHTP-CNRS) entre 2007 et 2021. Elle a intégré le Centre Jean Mabillon, EA de l'Ecole nationale des chartes où elle est coordinatrice des projets de recherche. Elle est responsable depuis 2019 du programme "Histoire de la pédagogie de la création artistique" et fait partie du collectif organisateur du Séminaire d'histoire culturelle du cinéma. Par ailleurs, elle est aussi membre du Conseil d'administration de l'Association française de recherche en histoire du cinéma-AFRHC.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search