Disgrâce de l’École des Beaux-Arts auprès des élèves d’Ingres ?

Prix de Rome 1832 d’Hippolyte Flandrin (1809-1865)Hippolyte Flandrin, Thésée reconnu par son père, 1832, huile sur toile, H. : 115 cm ; L. : 146 cm, n° PRP 74,  Paris, Beaux-Arts de Paris

La nébuleuse d’artistes constituée par les élèves d’Ingres est, par essence, liée au système académique et à l’École des Beaux-arts au XIXe siècle. L’analyse des écrits de ces peintres interroge la manière dont ils ont perçu son système, voie officielle du succès et de la notoriété, dont la pédagogie reposait sur le concours. L’étude de leurs témoignages permet de renouveler le regard porté sur l’institution, et de réévaluer sa place à l’aune des personnalités, ambitions et choix de carrières de ces derniers. À partir de différents itinéraires d’élèves d’Ingres, il est question d’étudier deux des jalons essentiels de ce système académique, à savoir l’admission à l’École et la réussite au Prix de Rome, ceci permettant d’indiquer leurs positions parfois ambivalentes concernant l’École et l’atelier d’Ingres ; l’importance qu’ils accordent à l’une ou à l’autre étant révélatrice de ce qu’est pour eux la « véritable école ».

  • L’atelier d’Ingres et l’École des Beaux-Arts

L’atelier est le lieu où se cristallisent toutes les ambitions : plus le nombre d’élèves admis et obtenant le Prix de Rome est élevé, plus la réputation de l’atelier augmente. C’est le cas de celui d’Ingres, qui par son succès et son attrait croissant, deviendra l’un des plus influents. Choisir cet atelier est ainsi considéré comme un premier gage de réussite au parcours académique. Les registres d’inscription des élèves à l’École des Beaux-Arts permet d’identifier un nombre important d’artistes présentés par Ingres : parmi eux, des élèves à la fois reconnus et méconnus, mais aussi des élèves appartenant à son atelier, présentés par d’autres maîtres, rappelant aussi les dissensions au sein des différents ateliers.

Former et inscrire ses meilleurs élèves à l’École des Beaux-Arts en vue de remporter le Prix de Rome est une stratégie d’Ingres pour augmenter la réputation de son atelier mais aussi pour asseoir et disséminer sa doctrine. Hippolyte Flandrin, élève docile et convaincu, embrasse entièrement le parti de son maître. Ingres, en l’inscrivant à l’École, entend fairede lui un porte-étendard de sa doctrine, et Flandrin le sait : « Par mon tableau, je dois justifier la confiance de M. Ingres, défendre sa doctrine et l’honneur de son école ».

Élève non conformiste, Amaury-Duval, quant à lui, s’est affranchi des règles et du contrôle exercé par l’Académie. Il affirme, qu’il a toujours eu une « répulsion instinctive » pour l’École et déclare : « Je n’ai, de ma vie, mis le pied dans une salle d’étude de l’École des Beaux-arts ». Ingres lui-même porte un jugement très sévère sur l’institution et conseille de « n’y aller qu’en se bouchant les oreilles, (il en faisait le geste) et sans regarder à gauche ni à droite ». En dépit d’une proximité de fait avec l’enseignement des autres ateliers aux Beaux-Arts, la doctrine au sein de l’atelier d’Ingres tend à supplanter celle de l’institution. Ainsi, Amaury-Duval, Jules Ziegler ou encore Sébastien Cornu, n’ont jamais suivi les cours ni candidaté aux divers concours de l’École des Beaux-Arts. L’atelier d’Ingres et son enseignement semblent former pour ses « disciples » le cœur névralgique du système d’apprentissage, véritable lieu de ralliement devenant lui-même la véritable école.

  • Le Prix de Rome : entre obligation et désaffection

Cependant, le Prix de Rome, clef de voute du système académique, est, selon Amaury-Duval, « la seule voie économique et agréable pour aller à Rome, du moins pour tenter d’y aller », idée partagée par Ingres qui ajoute : « quand on ne peut pas faire autrement, il faut bien en passer par là ». Ces paroles sont révélatrices de l’ambivalence qu’incarne le prix. Voie unique et obligatoire pour certains, pour d’autres, voie désenchantée à éviter ou contourner.

A. Patience et persévérance : le zèle de Flandrin

Hippolyte Flandrin, important « consommateur » de concours était, de l’atelier d’Ingres, le candidat le plus prometteur pour obtenir le Prix de Rome. Échouant pourtant en 1830 puis en 1831, il déclare néanmoins avec aplomb dans une lettre à son père : « Oh ! Je ne suis pas découragé du tout. Je brûle d’ardeur pour le travail ! ». Il réussit finalement à obtenir le Prix en 1832. Ce système d’enseignement reposant sur une forme d’abnégation au travail, conjuguée à la méritocratie, est ainsi pour Flandrin une condition sine qua non de réussite. Mais, au-delà de son adhésion à ce système, Flandrin n’a jamais cessé d’affirmer son unique désir, celui d’obtenir la satisfaction et l’approbation de son maître en tout.

B. Les absents du Prix de Rome

Les élèves d’Ingres semblent avoir participé activement à la grande machine de l’Académie des Beaux-Arts. Pourtant, un nombre réduit de ces élèves a concouru au Prix de Rome. Amaury-Duval, Henri Lehmann, Paul Chenavard, Théodore Chassériau, Jules Ziegler ou encore Victor Mottez pour ne citer qu’eux, ne s’y sont pas présentés. Par diverses échappatoires, ils poursuivront leur formation artistique et se rendront en Italie sans se prêter aux règles du concours officiel. Comment comprendre alors la relative désaffection des élèves d’Ingres pour le prix de Rome ?

C. Désaffection et critique du Prix de Rome

Concours réalisé dans des conditions extrêmement difficiles, ce « parcours du combattant » pouvait en décourager plus d’un. Raymond Balze, livre des critiques acerbes sur le concours, dénonçant son absurdité, les antagonismes entre les élèves, les multiples injustices, les conditions de travail et, les inégalités générées. Hippolyte Flandrin et Amaury-Duval font un constat équivalent. Ce dernier, par sa critique condamne l’enseignement de l’École et le système du concours qui selon lui, « donneront […] la victoire à la médiocrité, […] bien rarement au vrai talent. » et il ajoute « si j’exprimais toute mes pensées je demanderai aussi la suppression du Prix de Rome. » Les confrontations d’origine sociale au sein de l’École mêlant élèves fortunés et élèves plus modestes aux comportements parfois plus grossiers ont pu conduire certains à s’écarter du système institutionnel. Antoine Étex, relate la juxtaposition des mondes au sein de l’Institution notamment entre ceux ayant remporté le Prix et les autres : « En 1831-1832, il y avait une table d’en haut et une table d’en bas. La table d’en haut était celle des pensionnaires de la Villa Médicis. Celle d’en bas était ordinairement occupée par des artistes plus indépendants et en général mieux élevés que ceux de la première table ».

  • Le concours du Prix de Rome : passeport pour le voyage à Rome et pour un parcours honorifique ?

A. Voyager quoi qu’il en soit.

Mais les artistes entreprennent quoi qu’il en soit le voyage à Rome, suivant les conseils de leur maître pour qui l’École était « un endroit de perdition », et pouvait être évité par les élèves les plus fortunés. Car, si le Prix de Rome n’est finalement pas une modalité obligatoire, le voyage à Rome quant à lui est déterminant pour la carrière des peintres. En s’affranchissant de ce Prix, ils remettent en question ce système académique, ne se révélant ni un besoin, ni une injonction, l’atelier d’Ingres leur suffisant. Pourtant, il deviendra pour certains une étape salvatrice pour leur carrière artistique et professionnelle.

B. Le Prix de Rome : sésame pour un parcours honorifique ? 

Cependant, avoir été lauréat du Prix de Rome rend plus aisés l’obtention d’un poste élevé ou l’élection à l’Académie. Hippolyte Flandrin, élève au parcours académique sans faute, accède sans grande difficulté à une carrière brillante tant artistique que professionnelle. Pour Henri Lehmann, n’ayant pu y concourir, le chemin apparaît plus long et complexe. En dépit du milieu parisien mondain dans lequel il évolue, il mettra treize ans avant d’être élu membre de l’Institut. Quant à Sébastien Cornu, fréquentant la sphère privée de Napoléon III, il ne parviendra jamais à être admis à l’Académie. Les fréquentations mondaines n’importent finalement que peu dans l’obtention d’une place à l’Institut mais facilitent certaines commandes officielles.

Conclusion

Le chemin tracé proposé par l’École des Beaux-arts et son système d’enseignement n’apparaît ni comme un parcours systématique ni comme une préoccupation centrale pour bon nombre d’élèves d’Ingres. Nombreux sont ceux qui ont court-circuité le système académique en empruntant des chemins de traverses. La représentation classique que l’on a d’un groupe issu d’un même atelier, qui plus est, celui sous l’autorité d’Ingres, est celle d’une communauté homogène d’artistes soudés, poursuivant les mêmes ambitions artistiques et choisissant des parcours identiques. Les élèves d’Ingres, considérés comme représentants d’une doctrine académique forte, paraissent les plus engagés dans ce système. Pourtant, la diversité des trajectoires dévoile des opinions et des choix différents, parfois ambivalents au sein du même groupe, mettant ainsi en avant des individualités distinctes. L’idée d’un système de reproduction par l’excellence et d’élites artistiques n’est pas ainsi entièrement vraie. Comme l’annonçait Bruno Foucart : « étrange parallélisme des destins et des sécessions au sein même de l’École et de l’Académie ! ». Incontestablement, leur singularité tient à leur origine sociale, leur tempérament mais aussi leur ambition. Pour Hippolyte Flandrin, elle tient en partie à l’adhésion envers le système dans sa globalité contrebalancé par son engagement auprès de son maître. Ainsi, l’ensemble des actions et critiques des élèves d’Ingres permet de réévaluer la place de ce système dans les carrières artistiques.

Nous pouvons ainsi mieux appréhender l’existence selon eux d’une hiérarchie entre ce que représente l’École des Beaux-Arts et l’atelier d’Ingres, et par conséquent, l’analogie esquissée par Jacques Thuillier et reprise par Bourdieu, entre ateliers privésÉcole des Beaux-Arts et classes préparatoires Grandes Écoles se vérifie. En définitive, l’École apparaît davantage comme une machine « à consacrer » et moins « à former », et représente un court passage dans leur cursus.Peut-on alors parler de disgrâce de l’École des Beaux-Arts ? Non. La réponse est plus complexe, et malgré des contournements multiples, ces peintres ont toujours gravité dans l’orbite du système académique participant de près ou de loin à son fonctionnement. D’ailleurs, Henri Lehmann perpétue même la tradition des récompenses fondant en 1864 le Prix Lehmann, qui octroie à de jeunes peintres une somme destinée au voyage en Italie.

L’atelier d’Ingres est donc un véritable espace où se concentrent un ensemble de paradoxes. L’École se construit dans l’esprit de ces artistes comme un espace de désillusion et de contestation, comme un lieu artificiel et cela, d’emblée de manière structurelle. Ils prolongent ainsi de manière singulière une histoire qui existe déjà, celle de la déception envers l’École et l’Académie se doublant indéfiniment d’une histoire de la réussite et de la gloire. En regard, l’atelier d’Ingres est un espace auto-suffisant, d’un point de vue à la fois doctrinal et affectif qu’ils déplaceront in fine à la Villa Médicis lors du directorat d’Ingres, remplaçant la « Rome d’Horace Vernet » ouverte, joyeuse et festive.[i]

NDLR: Ce billet est lié à la journée “Un nouveau Reg-Arts sur l’école des Beaux-Arts (XIX-XXe siècles)


[i] Bibliographie :

Paris, Archives nationales, F 17 3584.

Autun, Fonds d’archives d’Amaury-Duval, K8 35, 36.

Amaury-Duval, L’atelier d’Ingres : édition critique de l’ouvrage publié en 1878, introduction, notes, postface et documents par Daniel Ternois, Paris, Arthena, 1993.

Balze Raymond, Ingres son école, son enseignement du dessin, Paris, Imp. Pillet et Dumoulin, 1880.

Delaborde Henri, Lettres et pensées d’Hippolyte Flandrin, Paris, Plon, 1865.

Flandrin Paul, Flandrin Hippolyte, Un ami angevin d’Hippolyte et de Paul Flandrin : correspondance de Victor Bodinier avec Hippolyte et Paul Flandrin (1832-1839), Angers, G. Grassin, 1912.

Étex Antoine, Souvenir d’un artiste, Paris, Dentu 1877.

Foucart Bruno, Amaury-Duval ou l’Ingrisme libéré, Montrouge, [s.n.], 1974


Auteur/autrice : Clara Lespessailles

Actuellement doctorante à l’École du Louvre et à l’École Pratique des Hautes Études sous la direction de François-René Martin et d’Isabelle Saint-Martin, sa thèse a pour sujet : « Les primitivismes chez les élèves d’Ingres, entre 1830 et 1850 ». Elle explore les enjeux de l’évolution du goût et des transferts culturels en Europe à cette période, et de manière plus précise, les questions de réception et d’appropriation esthétique des peintres Primitifs par le groupe d’artistes choisis, dans un contexte politique, social et artistique où le retour au passé est érigé en véritable programme. Elle est lauréate de la bourse de recherche de la Fondation Étrillard de 2021. Parallèlement à cette thèse, Clara Lespessailles est assistante scientifique aux Beaux-Arts de Paris, pour un projet de constitution d’archives orales sur l’histoire des pratiques pédagogiques au sein de l’école des Beaux-Arts de Paris (de 1960 à nos jours). Enfin, elle assure, depuis 2020 les cours de travaux pratiques de la spécialité « Arts du XIXe – début du XXe siècle » à l’École du Louvre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search