La réception de l’École des Beaux-Arts de Paris à l’aube du XXème siècle

« Non seulement les portes et les fenêtres de ce château de la Belle-au-Bois-Dormant ne s’ouvrent jamais à la vie du dehors que les habitants détestent de parti pris, mais, rue Bonaparte, tout ce qui ne présente pas l’estampille classique est honni et aveuglement frappé d’ostracisme. »

L’École des Beaux-Arts de Paris n’a cessé d’être critiquée au cours de son histoire. Pour autant, avec les acquis des révolutions françaises et industrielles, elle apparait durant la seconde moitié du XIXème siècle et à l’aube du XXème siècle plus que jamais comme une institution dépassée, incapable d’avancer avec son temps, ce qui nourrira l’image du « sommeil de la vieille dame » que reprendra Monique Segré dans son ouvrage pour la période 1920-1960. Ce mythe d’une école déclinante est récurrent dans les journaux d’époques, dans les carnets personnels d’élèves et de professeurs, dans les ouvrages relatifs à l’enseignement de l’art ou dans les discours émis à la chambre des députés. Elle y est décrite comme immobile, paresseuse, parfois même tyrannique envers ses étudiants. Mais ce n’est pas tant l’École des Beaux-Arts en elle-même qui est la cause de ces critiques : elle est plutôt la victime collatérale d’un procès attenté auprès de l’Etat, puis de l’Académie. Pour ses contemporains, l’Etat a décrété une formule officielle, un crédo immuable, des dogmes intangibles et pour tout dire, a érigé une véritable Église d’Art, hors de laquelle il n’est plus de salut possible.

« L’académisme (puisqu’il faut l’appeler par son nom) est en quelque sorte devenu un catéchisme esthétique, le seul qui soit patronné par l’Etat »

Ces nombreux rapprochements entre art et religion ne sont évidemment pas irréfléchis : la question d’une séparation entre Art et Etat est monnaie courante, encore plus après 1905 où nombre de commentateurs prédisent avec impatience cette « seconde vague ». Des « Enquêtes sur la séparation des BeauxArts et de l’Etat »[1]circulent et les réponses fournies par des personnalités du monde artistique ne sont guère élogieuses pour l’institution. Néanmoins ces critiques ne datent pas d’hier, la séparation de l’Église et de l’Etat les actualise seulement. Elles sont fréquentes à la fin du XIXème siècle et les nombreuses tentatives de réformes de l’École des Beaux-Arts n’apportent guère d’amélioration à ce triste paysage. Celle de 1863 qui retire l’organisation et le jugement des concours aux grands Prix de Rome ainsi que la tutelle de la Villa Médicis à l’Académie pour les confier aux mains de l’Administration est un véritable échec et les suivantes ne permettent en aucune façon de faire taire ces détracteurs. 

Pour autant ces nombreuses réformes, jalonnant la seconde moitié du XIXème et le début XXème siècle, mette en lumière une volonté certes tardive mais réelle de l’Etat de faire évoluer l’enseignement artistique aux Beaux-Arts. La presse s’en est d’ailleurs fait l’écho et chaque modification ayant lieu à l’École des Beaux-Arts vit fleurir nombre de commentaires, tantôt remplis d’espoir, tantôt mesurés, parfois même teintés d’une légère ironie. L’ironie est en effet palpable notamment lorsqu’il est question de l’ouverture de l’École pour les artistes femmes car à chaque pas en avant, de nouvelles barrières se mettent sur leur route. « Comment répondre à des gens qui se déclarent avec nous » écrit Hélène Bertaux à la fin de l’année 1891 après un énième refus de la part du conseil supérieur des Beaux-Arts d’ouvrir les portes du 14 rue Bonaparte aux femmes alors même que ces derniers s’accordent à dire que l’Etat doit à la femme les mêmes facilités qu’il accorde à l’homme en matière d’éducation artistique. La question du caleçon en 19012 où celle du prix de Rome en 1903 sont d’autres exemples de la lente et ô combien fastidieuse évolution de l’École des beauxArts de Paris. Néanmoins, les freins qu’elle rencontre s’appliquent également dans la société. L’ouverture de l’École aux femmes et plus encore la question du caleçon évoquée ci-dessus ont été vivement débattu. Nombre d’articles ont fait part de leurs inquiétudes quant à l’arrivée prochaine des femmes aux Beaux-Arts et l’idée d’avoir des modèles nus devant un public féminin ne fit pas l’unanimité tant chez les hommes que chez les femmes[2].  L’École se retrouve somme toute régulièrement au centre de décisions politiques et sociales qui la dépassent.

Toujours est-il que, en dépit des nombreuses critiques dont elle fait l’objet, l’École des Beaux-Arts de Paris ne cesse d’accueillir un nombre conséquent d’étudiant. Entre 1863 et 1914 aucune véritable chute n’est visible dans les registres. Au contraire, le nombre d’élève ayant réussi le concours d’entrée tend à augmenter de façon très légère à partir de 1876 puis de manière beaucoup plus marquée après 1900. 

Les griefs à l’égard des Beaux-Arts ne semblent donc pas entacher son attractivité en atteste la volonté toujours plus importante des artistes femmes durant les deux dernières décennies du XIXème siècle de rejoindre leurs homologues masculins. Pour autant cette période marque assurément la perte du monopole de l’enseignement artistique pour l’École de la rue Bonaparte, aux profits d’autres institutions, mais également d’un nombre toujours plus important d’ateliers privés. Pour les nouveaux artistes français comme étrangers l’Ecole des Beaux-Arts n’est plus la seule voie à suivre :  la norme du cursus défini accompli dans son entier comme le préconise les Beaux-Arts et le Grand Prix de Rome semble désormais révolu. 


[1] CARRIERE Eugène, « Enquête sur la séparation des Beaux-Arts et de l’Etat », Les Arts de la vie, Octobre 1904 p.200-264 2 Protestation des artistes femmes en faveur du modèle nu et non plus vêtu d’un pagne.  

[2] C’est notamment le cas de Marguerite Jamin, première femme à avoir intégré l’École des Beaux-Arts, qui proteste vigoureusement contre le retrait dudit caleçon. N.S. « Les jeunes filles des Beaux-arts et les hommes tout nus », L’Éclair, 11 Juillet 1901, P.1



Citer ce billet
villanueva (2023, 19 mars). La réception de l’École des Beaux-Arts de Paris à l’aube du XXème siècle. HPCA. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ppht

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search