Une révolte conformiste ? Appropriation et contestation de l’enseignement des arts décoratifs à l’École des beaux-arts vers 1900

  • Le « groupe de Rome » ou le renouveau de la tradition académique par le décor

En 1921, l’École des beaux-arts exposa, comme chaque année, les œuvres envoyées par ceux de ses anciens élèves qui avaient remporté le prix de Rome. Plusieurs peintres (Jean Dupas, Robert Pougheon, Jean Despujols et Louis Rigal) marquèrent à cette occasion leurs distances avec l’enseignement de l’École (Lechleiter 2008 ; Deltour à paraître). Dans ses Pigeons blancs, qui scandalisèrent les professeurs de l’École et l’Académie des beaux-arts, Jean Dupas adopte une palette vive et antinaturaliste pour représenter des femmes dansant dans un paysage idyllique, sans prétexte iconographique précis. Il abandonne la narration, la représentation de l’espace en perspective et la correction anatomique des figures, dont il avait pourtant dû faire la démonstration dans L’Amour vainqueur du dieu Pan, pour lequel il avait reçu le prix de Rome en 1910. La précédente génération des Beaux-arts, sortie de l’École entre 1890 et 1900, avait abandonné les sujets historiques pour traiter de manière naturaliste des scènes de la vie contemporaine. Formé autour de Dupas, le « groupe de Rome » se tournait plus radicalement vers la peinture décorative, abandonnant la narration et « l’imitation de la nature » qui en constituaient le cœur (Sérié 2014).

Mon travail doctoral porte sur ce groupe. Que faire, pour de jeunes élèves de l’École des beaux-arts, avec un enseignement de plus en plus contesté dans le champ artistique ? Suivant quelles modalités et ressources, dans quel contexte et dans quelle mesure, s’approprient-ils, ou au contraire contestent-ils, le corpus théorique et pratique reçu au cours de leur formation ? Mon hypothèse est que l’abandon de la peinture d’histoire au profit de la peinture décorative leur a permis d’échapper à la condamnation dont l’enseignement de l’École des beaux-arts faisait l’objet depuis la seconde moitié du xixe siècle, tout en revendiquant un retour aux sources supposées de la tradition picturale. Un des enjeux de mon travail est d’aborder l’histoire de l’École et de sa pédagogie non plus du point de vue de sa formulation institutionnelle, mais de celui de sa réception par les artistes qui y ont étudié.

  • L’École contre les Beaux-arts : art décoratif et cursus académique autour de 1900

L’art décoratif, que les artistes du groupe de Rome semblent utiliser contre les Beaux-arts, était pourtant une préoccupation constante de l’enseignement de l’École depuis la seconde moitié du xixe siècle. Après 1863, des concours et des enseignements furent mis en place pour familiariser les artistes avec l’application de la peinture et de la sculpture au décor architectural : concours d’art décoratif en 1873, concours Jauvin d’Attainville en 1876 et enseignement simultané des trois arts en 1883 (Vaisse 1995 ; Bonnet 2006 ; Chabanne 2021). Malgré tout, le cursus restait partagé entre le travail en ateliers et des concours, qui visaient d’abord à l’apprentissage du dessin d’après modèle (antique et vivant) et de la composition narrative.

Les élèves de l’École qui m’intéressent eurent un rapport paradoxal à ces enseignements. Tournés vers la préparation du prix de Rome, qui restait alors la manière la plus prestigieuse de conclure sa scolarité artistique, ils ne participèrent que marginalement aux enseignements et concours décoratifs, comme nous l’indiquent leurs dossiers scolaires conservés aux Archives nationales (série AJ52). Contrairement à ce que pourraient laisser penser leurs œuvres ultérieures, ils pratiquèrent assidûment le dessin d’après modèle et l’esquisse de composition à sujet d’histoire, exercices indispensables pour réussir le concours de Rome.

Ils ont toutefois tous reçu une solide formation en dessin ornemental et pratiqué la peinture décorative : dans les écoles des beaux-arts de province généralement tournées vers l’art industriel (Deltour & Kazerouni 2022), ou à l’École nationale des arts décoratifs de Paris. En 1912, par exemple, Robert Pougheon reçut le prix de peinture décorative Jauvin d’Attainville, pour une toile qui anticipe certains des traits des Pigeons blancs : iconographie idyllique et non narrative, palette vive, étirement de l’espace en hauteur, matière matte. Dans sa Pietà, grâce à laquelle il gagna le prix de Rome de 1914, le peintre dote ses personnages d’auréoles imitant l’or poinçonné des tableaux des « primitifs », ce qui lui valut les compliments de ses anciens camarades de l’École des arts décoratifs.

  • Les voies du décor : la sociabilité des artistes pendant leur formation

L’attrait des élèves de l’École des beaux-arts pour le décor dans les années 1900 n’est pas seulement une question esthétique. Son étude suppose d’enquêter sur les conditions sociales de son apparition, c’est-à-dire les parcours et les réseaux de sociabilité au sein desquels cet intérêt se développe et se met en pratique. Dans la perspective d’une sociologie à l’échelle individuelle (Lahire 2013), je cherche ainsi à reconstituer le parcours de socialisation des artistes du groupe de Rome.

Je m’intéresse par exemple au lien entre leurs origines sociales et leur intérêt pour l’art décoratif. Les archives de l’École des beaux-arts m’ont appris qu’une grande majorité des lauréats du prix de Rome entre 1910 et 1925 sont des enfants d’artisans, qui plus est d’artisans d’art. Quel rôle joue la profession exercée par le père dans la définition du parcours de jeunes élèves de l’École des beaux-arts ? Rentrer aux Beaux-arts constituait-il un espoir de promotion sociale, ou un risque de déclassement ? Quelles étaient les origines sociales des élèves de l’École qui n’obtenaient pas le prix de Rome ? L’exploitation des données que la base « Reg-Arts » permettra de mettre en série les informations que j’ai recueillies dans les registres d’inscription de l’École.

Les amitiés entre artistes constituent un autre terrain d’enquête pour comprendre la genèse de l’intérêt des anciens des Beaux-arts pour le décoratif. Celles-ci peuvent être liées à la fréquentation de mêmes lieux de sociabilité (atelier, café, restaurant, quartier) et/ou à des affinités en termes d’habitus, liées par exemple au partage de mêmes origines socio-géographiques. Les archives privées, notamment les correspondances, ou les témoignages sont essentiels pour les étudier. Les archives de l’École des beaux-arts peuvent également se révéler extrêmement utiles en nous renseignant sur les lieux de naissance des élèves, la profession de leurs pères, l’atelier et l’obtention de bourses ou de prix. « Reg-Arts » permettra de croiser les informations, comme l’a fait Alice Thomine-Berrada dans un article sur les élèves de l’École des beaux-arts nés en Bretagne (Thomine-Berrada 2022).



Citer ce billet
Louis Deltour (2023, 15 mars). Une révolte conformiste ? Appropriation et contestation de l’enseignement des arts décoratifs à l’École des beaux-arts vers 1900. HPCA. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pphr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search