Séminaire Reg-Arts 2023-2024

Le séminaire de recherche “Trajectoires plurielles : les élèves de l’École des beaux-arts de Paris , 1800-1968” mené dans le cadre du programme REG-Arts reprend pour 2023-2024 sous la direction d’Alice Thomine Berrada (ENSBA), France Nehrlich (INHA) et Déborah Laks (CNRS).

Entre 1800 et 1968, plus de 13 000 élèves peintres et sculpteurs se sont inscrits à l’École des beaux-arts de Paris. Dans le cadre du projet de publication numérique des registres d’inscription de l’École (Beaux-arts de Paris, CNRS et INHA), ce séminaire a pour objet d’interroger les données contenues dans ces documents et d’en sonder la richesse. Les informations sur l’origine géographique des élèves, leur genre, leur âge, leur parcours scolaire, leur adresse à Paris et leur garant doivent être soumises à une lecture critique. Ces données permettent d’interroger l’idée d’atelier, de généalogies et réseaux artistiques mais aussi les trajectoires transrégionales et transnationales dans leur durée, la féminisation croissante de la population étudiante, les effets de masse et de distinction, etc. À partir de cette formidable mine, le séminaire offrira l’occasion de croiser des approches disciplinaires, ainsi que le regard des spécialistes de l’histoire de la pédagogie artistique et celui des actuels et anciens enseignants et élèves de l’École.

Programme du séminaire 2023-2024

13 octobre 2023: La formation des artistes chinois à Paris, de 1914 à aujourd’hui

Intervenants : Philippe Cinquini (Shanghai International Studies University), Francesca dal Lago (chercheuse indépendante)

Parmi les jeunes étrangers venus se former à Paris, les artistes chinois représentent une part importante de ceux venus d’Asie, notamment durant la première moitié du XXe siècle. La participation à la séance de deux spécialistes de ce sujet permettra de comprendre les motivations du voyage depuis la Chine ainsi que les attentes et les apports de la formation à Paris et plus particulièrement au sein de l’École des beaux-arts. La séance, introduite par le témoignage d’un ancien élève de l’École, fera écho à l’exposition présentée au Musée national de l’histoire de l’immigration « J’ai une famille ».

(14h-16h, Beaux-Arts de Paris, amphithéâtre d’honneur)

24 novembre 2023: Trajectoires transnationales. Saisir les contre-champs

Intervenants : Kra N’Guessan (artiste), Ming-Tiampo (Carleton University), Maureen Murphy (Université Paris 1)

Cette séance s’intéressera aux possibilités de saisir et déconstruire la linéarité des schémas conventionnels de récits de formation, en particulier dans la trajectoire d’artistes internationaux qui ont connu des étapes de formation plurielles. Kra N’Guessan reviendra sur son expérience et celle d’artistes de l’atelier de Jacques Yankel à l’École des beaux-arts de Paris. Ming Tiampo exposera les enjeux de son programme « Mobile Subjects. Contrapuntal Modernisms » qui étudie les trajectoires transnationales des élèves de la Slade School of Fine Art de Londres.

(14h-16h, Beaux-Arts de Paris, amphithéâtre d’honneur)

15 décembre 2023 : Approches sociologiques de l’enseignement artistique

Intervenants : Guillaume Fournier (Laboratoire Techniques Territoires et Sociétés), Frédérique Joly

(École nationale supérieure d’architecture de Marseille)

Cette séance sera l’occasion d’interroger le rôle de l’École des beaux-arts de Paris comme lieu de construction d’une légitimité, sociale et artistique, pour les étudiant.e.s qui s’y inscrivent.

(14h-16h, Beaux-Arts de Paris, amphithéâtre d’honneur)

26 janvier 2024: Questionner le genre à L’école des Beaux-arts

Intervenant : Éva Belgherbi (doctorante en histoire de l’art), Catherine Gonnard (INA)

Durant cette séance nous évoquerons la place des artistes femmes dans les rangs des élèves de l’École des beaux-arts de Paris. Nous interrogerons aussi plus largement la manière dont le genre et sa nonbinarité est traité et représenté par les instances pédagogiques et au travers des normes sociales en cours dans la microsociété que constitue l’École.

(14h-16h, INHA, salle Vasari)

9 février 2024: Formations plurielles : l’École beaux-arts et les écoles d’art en région

Intervenants : Guillaume Kazerouni (musée des beaux-arts de Rennes), Pierre Oudart (ministère de la Culture)

L’École des beaux-arts possède un statut hégémonique dans la formation artistique en France au XIXe siècle, par rapport auquel se positionnent de plus en plus d’écoles sur l’ensemble du territoire. Dès cette époque, beaucoup de jeunes artistes débutent leur formation dans des écoles d’art en région avant de monter à Paris. Ces trajectoires apparaissent clairement dans le registre matricule. Le but de cette séance est de questionner la place de l’École des beaux-arts dans le parcours de formation des artistes aux XXe et XXIe siècles mais aussi de comprendre les interactions et liens entre les Beaux-Arts de Paris et les écoles implantées hors de la capitale.

(14h-16h, Beaux-Arts de Paris, amphithéâtre d’honneur)

15 mars 2024: Sections artistiques et spécialisation de l’enseignement de la « Petite » à la « Grande » école

Intervenants : Laure Chabanne (musée d’Orsay), Maxime Paz (chercheur indépendant)

L’enseignement de l’École des beaux-arts fut longtemps divisé en plusieurs sections (peinture, sculpture, architecture, puis gravure) dont le dénominateur commun était l’apprentissage du dessin. Cependant les passages possibles dès le XIXe siècle entre la « Petite École » devenue École des arts décoratifs et l’École des beaux-arts ainsi que les évolutions pédagogiques destinées à fournir une formation commune plus large aux élèves des différentes sections, comme les cours dits des « trois arts », interrogent sur la spécialisation proposée aux jeunes artistes. La séance permettra d’étudier ces questions sous l’angle de trajectoires d’élèves et de celle de la pédagogie offerte par l’École.

(14h-16h, Beaux-Arts de Paris, amphithéâtre d’honneur)

5 avril 2024: Vivre, étudier, faire la fête : les multiples facettes de l’École des beaux-arts

Intervenants : Isabelle Conte (chercheuse indépendante), Séverine Sofio (CNRS)

Se former à l’École des beaux-arts n’est pas qu’une expérience scolaire, c’est aussi tisser des liens de différents types à un moment clé de sa vie. Ainsi se nouent en son sein de multiples réseaux : qu’ils soient familiaux, artistiques, économiques, amicaux ou professionnels. Par une approche sociologique des élèves et de leurs associations, une autre facette de l’École se dessinera.  (14h-16h30, INHA, salle Vasari)

24 mai 2024: Séance conclusive

(14h-16h, INHA, salle Vasari)



Citer ce billet
Stéphanie-Emmanuelle Louis (2023, 4 octobre). Séminaire Reg-Arts 2023-2024. HPCA. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pphy

Auteur/autrice : Stéphanie-Emmanuelle Louis

Docteure en histoire contemporaine de l'EHESS, elle a soutenu une thèse en 2013 sur la patrimonialisation du cinéma en France entre 1944 et 1968. Son approche croise muséologie, études visuelles et histoire des politiques culturelles et des usages sociaux du passé. Elle a travaillé en association avec l'Institut d'histoire du temps présent (IHTP-CNRS) entre 2007 et 2021. Elle a intégré le Centre Jean Mabillon, EA de l'Ecole nationale des chartes où elle est coordinatrice des projets de recherche. Elle est responsable depuis 2019 du programme "Histoire de la pédagogie de la création artistique" et fait partie du collectif organisateur du Séminaire d'histoire culturelle du cinéma. Par ailleurs, elle est aussi membre du Conseil d'administration de l'Association française de recherche en histoire du cinéma-AFRHC.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search