« L’essentiel de notre pédagogie est lié au faire »

La section du mobilier

15’10’’, vidéo couleur

Réalisation : Olivier Kürzer

École nationale des arts décoratifs, décembre 1997

Arch. nat., 20140249/1

Dans les années 1990, la formation des étudiants de l’ENSAD n’est pas orientée vers la recherche telle qu’on l’entend dans le cadre d’un doctorat universitaire. L’École forme avant tout des professionnels aptes à intégrer le monde du travail, mais n’exclut pas dans le cadre de ses formations de troisième degré la possibilité de faire de la recherche au sens de prospection. Ce documentaire sur la section mobilier, réalisé par Olivier Kürzer, technicien audiovisuel à l’ENSAD, donne la parole aux enseignants, mais également aux étudiants et aux intervenants extérieurs. Au-delà des mots, la captation in situ dans différents lieux de l’École et dans des institutions partenaires permet d’appréhender visuellement et auditivement le contexte d’une époque.

Nous sommes en 1997, Jean-Claude Maugirard, créateur de la section mobilier à l’ENSAD, s’exprime debout dans les locaux de l’ENSAD dans un brouhaha ambiant, vraisemblablement lors d’une journée Portes ouvertes, des visiteurs déambulant à l’arrière-plan au milieu des projets de mobilier exposés. Il déclare : « Actuellement elle [la formation] s’articule sur quatre années, puisque la deuxième année possède déjà une sensibilisation au produit mobilier, puis en troisième année la spécialisation pleine et entière, si j’ose dire, où on commence à travailler sur la véritable notion de produit, la quatrième année, année du grand projet qui oblige l’étudiant à travailler de concert avec un industriel […] peut-être une petite, moyenne ou très grande entreprise. Et puis le développement d’un troisième degré qui s’articule en deux éléments, un troisième degré en rapport direct avec la production, donc le plus proche possible des réalités industrielles et de marché et un troisième degré recherche qui lui est beaucoup plus prospectif. »


L’enseignant Jean-Claude Maugirard, extrait de la vidéo La section du mobilier, réalisée par Olivier Kürzer /École nationale des arts décoratifs, décembre 1997. AN 20140249/1. © Archives nationales (France).

Jean-Claude Maugirard insiste sur l’importance qu’il accorde à la fabrication matérielle des meubles : « L’essentiel de notre pédagogie est lié au faire, c’est-à-dire que les meubles que l’on peut voir ici sont tous des cheminements très particuliers qui essaient de faire une synthèse entre un concept – pourquoi faire telle chose ? – et sa réalisation, quelle que soit la technique. Et ce sont les étudiants eux-mêmes qui de leurs mains, entre guillemets, font les choses pour être les plus proches possibles d’une réalité, pour être les plus proches de soucis de faire de manière technique valable pour pouvoir avoir ultérieurement un dialogue facilité avec le monde de l’industrie.» Ces paroles sont doublées dans le montage par des séquences filmées d’étudiants en train de travailler le bois. Suite à l’intervention de l’enseignant, plusieurs étudiants présentent leur réalisation.

Le partenariat industriel de l’École est illustré par le témoignage de Michel Roset, directeur général du fabricant de meubles Ligne Roset, filmé en plan fixe devant un assemblage de projet de mobilier de teinte verte. Le bruit de fonds semble indiquer que la prise de vue a été effectuée lors de cette même journée d’accueil du public. « Il y a plusieurs années que notre groupe Roset avec ses deux marques Ligne Roset et Cinna travaille déjà avec des élèves qui sortent de leurs dernières années de l’ENSAD. […] J’ai même vu l’évolution conceptuelle et technique des produits qui nous sont présentés. Les produits sont quasiment mûrs pour une production industrielle, ils sont bien conçus, il y a quelques adaptations techniques à faire mais ils sont utilisables […] et surtout concevables. » Ces paroles confirment les ambitions de Jean-Claude Maugirard : à l’issue de leur formation les étudiants sont prêts à intégrer le monde professionnel de l’industrie.

Autre axe majeur de la politique de l’ENSAD, les partenariats transversaux entre institutions mais aussi transdisciplinaires, sont mis en exergue dans ce film. C’est Patrick Renaud, responsable du troisième degré recherche dans l’atelier mobilier et de la communication du projet en quatrième année qui évoque cette politique devant la caméra : « En troisième degré recherche nous avons travaillé sur la problématique de la pièce unique en série, sachant que nous avons des partenaires extérieurs comme des lycées techniques et des universités pour faire en sorte que les étudiants puissent mettre en place une recherche à partir d’une problématique qui est l’état de surface, la découpe au niveau des mobiliers. » La recherche s’entend ici au sens d’expérimentation sur des matériaux et des techniques. Suivent les témoignages filmés de Benoit Boiteux, responsable de la section BTS productique et de Bernard Daude, professeur d’ébénisterie au CFA de la Bonne Graine, une école d’ameublement parisienne qui prépare au CAP d’ébéniste. L’ENSAD s’engage dans des partenariats à la croisée des disciplines, entre art et technique d’une part, art et artisanat d’autre part. Benoit Boiteux évoque la « collaboration » de deux univers, la création, l’innovation des nouveaux concepts de mobilier et l’étude technique des possibilités actuelles de fabrication. Bernard Daube préfère employer le terme d’«échange » entre l’ENSAD et son école. Le partenariat s’effectue en deux temps, un étudiant en création mobilier vient réaliser son projet avec un apprenti et en retour l’apprenti a la possibilité de suivre la formation de troisième année mobilier à l’ENSAD : « La constitution ou la reconstitution du duo réalisateur/concepteur ou artiste/artisan pendant leur formation, c’est l’originalité et la force du partenariat. » Ces reportages sont filmés dans des espaces de travail avec des outils symboliques de chaque corps de métier : des ordinateurs pour les élèves du BTS de productique, des tables à dessin pour les ébénistes. On peut se demander si cette distinction est-elle toujours valable aujourd’hui ?


Auteur/autrice : Sandrine Gill

Cheffe de projet archivage audiovisuel, Département de l'archivage électronique et des archives audiovisuelles, Archives nationales

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.