Enseigner hors les murs

Sculptures monumentales à Rueil Malmaison

11’22’’, vidéo couleur

Réalisation : Olivier Kürzer

École nationale des arts décoratifs, 1999

Arch. nat., 20140249/2

Comment garder la trace d’une pédagogie hors les murs ? Le documentaire d’Olivier Kürzer (technicien audiovisuel à l’ENSAD) Sculptures monumentales à Rueil Malmaison, apporte quelques éclairages sur les relations entre un enseignant et ses étudiants, dans le contexte particulier de projet de création artistique en région parisienne. Qu’elle ait été conçue ou non dans cette optique, cette archive audiovisuelle nous montre, autant dans les attitudes, les silences, les actions ou les rares paroles prises sur le vif, comment l’enseignant se comporte avec ses étudiants et vice-versa. Il va de soi que cette archive, d’une courte durée dans sa version montée, n’a aucune vocation exhaustive. Il n’en demeure pas moins qu’elle demeure une des rares traces d’une situation pédagogique rarement documentée par d’autres sources.

Sous l’angle de la caméra, en plan large ou serré nous suivons des étudiants destinés à devenir des plasticiens de l’environnement et leur enseignant, Daniel Pestel. Le reportage se déroule en deux temps, en mars puis fin mai-juin 1999 : « Ce projet entre dans le cadre d’un travail avec les étudiants d’art/espace, d’art scénique et il est question de maîtriser un volume, donc un espace. Nous sommes dans cet espace, à Rueil-Malmaison, il se situe grosso modo dans un carré, lequel carré est fermé d’un côté par le pont de Chatou et de l’autre côté par le pont de chemin de fer qui va à Saint-Germain-en-Laye, du troisième côté par un bâtiment post-moderne, le siège social d’Esso et sur l’autre côté des rives de la Seine, l’île de Chatou. C’est aux étudiants d’intervenir, de tenir compte de tous ces phénomènes et en fonction de ce qu’ils vont retenir de ces lieux, réaliser des maquettes, lesquelles maquettes seront exécutés de manière monumentale. »

En mars 1999, au début du projet, l’enseignant explique à un groupe d’étudiants les conditions de l’exercice. Un des intérêts de cette archive est de documenter une situation d’enseignement hors les murs et en particulier l’attitude de l’enseignant envers ses étudiants. Au début du reportage, une dizaine d’étudiants assis sur un muret l’écoutent leur expliquer les caractéristiques du site et les périmètres du projet : « Vous pouvez déborder sur la pelouse […] déjà utiliser ce qui existe sur place. » Le cadrage met en valeur l’ambiance du site davantage que le discours du professeur : des saules pleureurs bercés par le vent, les rives de la Seine empruntées par des piétons, cyclistes et automobiles, la navigation fluviale (une péniche glisse sur le fleuve) et ferroviaire (un train file sur le pont). Les conditions du projet sont explicites, le site apparaît avec toutes ses problématiques : infrastructures, cadres naturels ou construits, modes de circulations et mouvements. Les étudiants, quant à eux, sont montrés en action dans cette phase préparatoire du projet : ils prennent des notes, font des photographies, dessinent les premiers croquis. Il fait froid, bonnets et écharpes ne semblent pas superflus.

On retrouve deux des étudiants du groupe en mai-juin 1999 dans la phase de réalisation du projet in situ. Le documentaire s’intéresse uniquement à la suite des travaux de ces deux étudiants et ne montre pas toutes les réalisations. On comprend, par les croquis et maquettes montrées à l’écran et utilisées sur le site, que les étudiants ont élaboré et mûri leur projet à l’École. Autant la première partie est didactique, autant la phase de réalisation illustre à sa manière la « pédagogie du faire ». Ce processus de fabrication du projet initial inclut la collaboration avec le monde de l’entreprise que l’on voit à l’œuvre dans le film. Les noms du chef de chantier, des techniciens d’art et du cariste sont cités dans le générique au même titre que celui des étudiants, de l’enseignant et du réalisateur.


L’enseignant Daniel Pestel et son étudiant en art-espace Julien Colboc, extrait de la vidéo Sculptures monumentales à Rueil Malmaison,réalisée par Olivier Kürzer /École nationale des arts décoratifs, 1999. AN 20140249/2. © Archives nationales (France).

Cette mise en situation professionnelle reste cependant très encadrée par l’enseignant. Les deux étudiants expliquent chacun à leur tour les concepts qu’ils comptent réaliser. L’étudiant imagine des barques géantes taillées à même le tronc d’arbres en souvenir des peintures impressionnistes en bord de Seine tandis que sa camarade envisage d’installer d’immenses rames et pagaies de barques adossées à un vieux bâtiment présent sur le site. Lorsque vient le temps de l’exécution du projet, les paroles se font rares. Il fait chaud, le bruit des tronçonneuses sature l’espace sonore, une étudiante attaque un tronc d’arbre à l’aide d’une hache, le travail est rude physiquement. Lunettes spécialisées, visières, casques, salopettes professionnelles, tous les équipements sont adaptés à l’univers des chantiers de construction. L’enseignant paraît aussi bienveillant dans ses paroles que dans son attitude. On le voit guider le cariste qui soulève un gros tronc d’arbre avec sa grue, griffonner un croquis à destination d’un étudiant, conseiller, rassurer : « Pour un premier boulot, c’est rudement bien ! » Le terme « boulot » n’est pas anodin, l’exercice en grandeur nature ressemble à un travail de professionnel. Malgré les imperfections de la réalisation de son projet, l’étudiant reconnaît en souriant qu’on apprend en faisant : « J’ai compris l’erreur ! »


Auteur/autrice : Sandrine Gill

Cheffe de projet archivage audiovisuel, Département de l'archivage électronique et des archives audiovisuelles, Archives nationales

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.