Table ronde sur les archives audiovisuelles des Ateliers de rencontre de l’ENSAD (13/12/2019)

Dans le cadre de la journée « Pédagogie alternative/ Alternatives pédagogiques : sources, histoires, patrimoines », une large part a été dédiée à l’évocation de l’Atelier de rencontre de l’ENSAD.

Créé sous l’égide de Pierre Cabane en 1975, puis longtemps animé par Jean-Louis Pradel, et toujours organisé par l’ENSAD, son objectif initial était de rompre la logique de section. Les élèves étaient invité.e.s à se réunir autour d’une personnalité marquante du monde de l’art et de la culture, d’abord présentée et interrogée par l’enseignant puis questionnée par les élèves.

L’Atelier de rencontre a été filmé à partir des années 1980, à l’initiative d’Olivier Kürzer qui intègre alors l’ENSAD comme technicien audiovisuel.

La table ronde du 13 décembre 2019 a été l’occasion d’évoquer les différents plans de numérisation menés à l’ENSAD pour sauver ces enregistrements (Viviane Cattane, Lydia Mazars), mais aussi les différents fonds audiovisuels témoignant de l’histoire de l’ENSAD disséminés dans l’école et dans différentes institutions patrimoniales parisiennes (Edward Gray). Olivier Kürzer a aussi présenté un riche exposé autour des Ateliers de rencontres: leur création à l’école, la mise en place du filmage dans les années 1980, les moments marquants, les interactions artistes/élèves. Des pistes enthousiasmantes pour des recherches à venir ont ainsi été esquissées.

L’enregistrement peut être consulté ici:

Sur l’histoire de l’Atelier de rencontre, on consultera également:

Jean-Louis Pardel (dir.), L’Atelier de rencontre de l’école nationale supérieure des arts décoratifs, ENSAD, Paris, 2013.

Outre un propos liminaire qui resitue la création de l’Atelier, on y trouve la transcription de cinquante d’entre eux. Certaines affiches de ces rencontres y ont également été reproduites.


Auteur/autrice : Stéphanie-Emmanuelle Louis

Docteure en histoire contemporaine de l'EHESS, elle a soutenu une thèse en 2013 sur la patrimonialisation du cinéma en France entre 1944 et 1968. Son approche croise muséologie, études visuelles et histoire des politiques culturelles et des usages sociaux du passé. Elle travaille en association avec l'Institut d'histoire du temps présent (IHTP-CNRS) depuis 2007. Elle fait partie du collectif organisateur du Séminaire d'histoire culturelle du cinéma.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.