Introduction à la journée sur les archives orales (07/02/2020)

Suite à la journée du 7 février (dont vous trouverez ici le programme), voici un petit texte collectif résumant les interventions qui ont introduit cette rencontre. Vous pouvez également accéder à une captation partielle des interventions et des références bibliographiques (ici).

 Cette journée s’inscrit dans le cadre du programme HPCA qui a pris en compte la question des archives orales dès sa mise en place en 2016. Dans sa conférence inaugurale, Jean-Michel Leniaud évoquait la nécessité de travailler dans les fonds de documents conservés, mais aussi de créer des archives orales permettant “de pallier le manque d’archives papier”.  Une séance du séminaire organisé en 2016-2017 a permis de préciser les  enjeux posés par la figure du créateur dans le cadre d’une campagne de collecte grâce à une intervention de Florence Descamps dont le guide récemment publié Archiver la mémoire ? De l’histoire orale au patrimoine immatériel est le premier et le seul outil méthodologique dans ce domaine. Au gré des opportunités, le programme  a été l’occasion de mettre en œuvre plusieurs configurations de collecte.

Au cours de l’année 2017, Guillaume Sintès et Claude Sorin ont réalisé huit entretiens avec des enseignants en danse du conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris. Cette campagne a été réalisée en partenariat avec le Comité d’histoire du ministère de la culture, qui conserve et met à disposition des chercheurs les entretiens réalisés, ainsi que les transcriptions et fiches chrono-thématiques afférentes. En 2018 se sont déroulées plusieurs rencontres qui ont donné, dans le contexte collectif de conférences, d’ateliers ou de tables rondes sur la période 1968, l’occasion de s’exprimer à des témoins. Ces contenus sont en ligne dans une version montée sur la playlist HPCA, disponibles sur Youtube. Les rushes sont, pour l’instant conservés à l’ENC, avec des transcriptions et fiches chrono-thématiques. Si ces modalités de collecte apparaissent moins orthodoxes, elles nous ont néanmoins permis de rassembler des matériaux précieux, à l’instar de l’entretien collectif mené avec Jean Douchet, figure mythique de la cinéphilie internationale décédée début 2020, qui a éclairé de manière originale ses activités de pédagogues à l’IDHEC (ancêtre de la Fémis) et à l’université. La demie journée d’étude organisée le 7 février dernier a été quant à elle conçue comme un préalable méthodologique au projet de campagne d’entretiens qui va être prochainement menée par Déborah Laks et Alice Thomine-Berrada dans les ateliers des Beaux-Arts de Paris.

L’intérêt croissant pour les ateliers d’artistes et l’histoire de l’école des beaux-arts au XIXe siècle a contribué à révéler l’importance de leur rôle et la relative ignorance dans laquelle nous sommes encore à leur sujet. Lieu de formation hérités de l’Ancien Régime, les ateliers sont devenus à l’époque contemporaine un espace central de la vie artistique dont le caractère libéral a permis la réinvention des formes et doctrines transmises. Pour cette raison, l’Ecole des beaux-arts s’est doté à partir de 1863 d’ateliers officiels qui constituent aujourd’hui sa principale spécificité pédagogique, au niveau national et international. Ils en sont aussi la part la plus mystérieuse, car on ne les approche que par des archives lacunaires et tout à fait impropres à rendre compte d’activités constituées principalement d’exercices éphémères et de recommandations orales. Ils ont de plus conservé au fil du temps une aura de cénacles intimes et cachés, dans lesquels la communauté des pairs, ce premier public, est régi par des règles tacites dont il reste d’autant peu de traces qu’elles sont souvent inconscientes, et marquent un sentiment d’appartenance. Loin de nous éclairer, les nombreux témoignages qui sont parvenus jusqu’à nous, toutes époques confondues, de Jean-Léon Gérôme à Christian Boltanski en passant par Roger Chastel, contribuent au contraire à nourrir leur caractère légendaire et renforcer leur fascinante opacité.

Cette campagne d’archives orales aura donc pour objectif de combler ce manque. Il s’agira de franchir les portes des cénacles et d’accéder au contenu de l’enseignement artistique dispensé dans les ateliers. La méthode de l’entretien, qui bénéficie depuis sa mise en place par la discipline historique dans l’après-guerre d’un recul historiographique et épistémologique permettra de mieux comprendre les modalités informelles de transmission qui caractérisent les ateliers de l’Ecole des beaux-arts. Son choix s’impose dans le cadre spécifique de l’enseignement artistique : la très grande majorité des professeurs n’a pas produit – ou conservé – de traces matérielles de son enseignement. En l’absence de notes portant traces des exercices, exemples, références donnés, le type de conseil, d’écoute, de réponse, de traitement des demandes des étudiantes et étudiants n’est pas accessible aux chercheurs. Il s’agit aussi d’enregistrer grâce à l’entretien des éléments absents des archives traditionnelles et dont nos disciplines prennent aujourd’hui la mesure : les questions de ressenti, d’atmosphère, de goût, d’affinités.

Le choix de réaliser des entretiens filmés permettra d’ajouter des informations liées à la gestualité et d’affiner encore notre réception de cette mémoire vivante. La base de données ainsi constituée sera fondée sur un corpus et une grille d’entretien structurée. Elle sera accessible à tous et chaque entretien fera l’objet d’un sommaire et d’un index. La première phase sera consacrée aux artistes chef.fe.s d’atelier et la seconde phase aux étudiant.e.s.

Stéphanie Louis, Déborah Laks, Alice Thomine-Berrada


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.