Les réformes des années 1990 à l’ENSAD

Philippe Coutant, École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs. Réflexions

Janvier-juin 1993

Arch. nat., 20150459/1

Richard Peduzzi envisage des réformes dès ses premières années à la direction à l’ENSAD. En janvier 1993, il commande à Philippe Coutant, qui vient de quitter ses fonctions de directeur adjoint de l’Odéon-Théâtre de l’Europe de 1990 à 1992, un rapport sur le fonctionnement de l’École. Sobrement intitulé « Réflexions », le document est articulé en trois parties : « Une mission de réflexion », « Le fonctionnement : dysfonctionnement et propositions », « Pour conclure ».

Les périmètres du rapport sont clairement définis en introduction. En aucun cas il ne s’agit de remettre en cause le contenu des cours et l’organisation du projet pédagogique mais bien la structure de l’école : statut, organisation administrative, organisation technique, organisation du corps enseignant, des étudiants, communication interne, image de l’école, locaux et sécurité. La liste des personnes consultées, en annexe, suggère que l’enquête s’est basée sur un recueil de témoignages. Aucun d’entre eux ne sera cité nominativement dans le rapport.

Concernant la pédagogie, si la question n’est pas abordée frontalement, l’encadrement des étudiants et les revendications de ces derniers sont significatives au regard des pratiques et des discours filmés à la fin des années 1990.

Aux enseignants, on reproche notamment leur manque d’investissement, dont le degré varie en fonction de leurs activités extérieures. Il faut rappeler qu’au moment où Richard Peduzzi prend les rênes de l’ENSAD, les enseignements sont assurés par différentes catégories de personnels : « Les professeurs sont secondés par des techniciens et des moniteurs. Les techniciens, souvent chargés de cours, ont un statut ambigu et ne peuvent pas se situer dans le cadre d’un statut professionnel défini. Les moniteurs sont d’anciens élèves sans réelle expérience professionnelle. Appelés à remplacer les techniciens, il s’avère que leurs compétences restent insuffisantes pour gérer le fonctionnement du matériel et encadrer efficacement les élèves ». Les étudiants, quant à eux, reprochent aux enseignants « d’être livrés à eux-mêmes ». Selon Philippe Coutant, « Ils sont surpris que les enseignants, outre le savoir, ne leur indiquent pas les limites de leur liberté. Ils sont en effet étonnés d’un certain laxisme, considérant que celui-ci suscite l’absentéisme ». À lire ces conclusions, il est permis de s’interroger sur l’expression exacte des étudiants. Ne s’agit-il pas plutôt des vœux pieux d’un rédacteur soucieux de satisfaire la commande un directeur ? Sans citation de la parole des étudiants interrogés, ce rapport, source secondaire, mérite d’être reconsidéré dans son contexte.

Autre sujet primordial, le statut des enseignants d’art est remis en question. « Enseigner des matières artistiques est-il compatible avec la notion très fonctionnarisée de l’évolution de carrière ? Ne faut-il pas, au contraire, maintenir cette précarité, pour éviter tout encroûtement et pousser chaque enseignant à conserver l’exercice de son art dans ses activités générales ». Des « professeurs, sans contact avec le milieu professionnel […] ne parviennent pas à dresser des ponts avec le milieu professionnel ».

Extrait du rapport de Philippe Coutant, École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs. Réflexions, Janvier-juin 1993. AN 20150459/1. © Archives nationales (France).

En conclusion, « on s’aperçoit qu’un plan de rigueur, de responsabilisation et de volonté de s’intégrer et d’adhérer à un « cadre d’entreprise » de la part de chacun, permettrait déjà de modifier l’esprit de l’École. Accepter de communiquer dans le détail, d’informer et de faire savoir le rôle et l’activité de chacun, rendrait plus cohérente l’image de l’institution. Vouloir travailler côte à côte, abolir les petites féodalités et fédérer toutes les actions réalisées pour un meilleur enseignement, permettraient certainement aux élèves de s’intégrer plus à un esprit commun, plutôt que de laisser s’instaurer un certain « laisser faire ». […] Idéalement, il faudrait une école plus structurée, ayant un mode de fonctionnement facilement repérable. L’ENSAD doit être aussi beaucoup plus tournée vers l’extérieur, avec une dynamique d’entreprise […] ».

Des propositions qui font écho aux évolutions futures, notamment les échanges avec les entreprises mises en exergue dans le documentaire La section du mobilier réalisé par Olivier Kürzer, ENSAD, en 1997.


Auteur/autrice : Sandrine Gill

Cheffe de projet archivage audiovisuel, Département de l'archivage électronique et des archives audiovisuelles, Archives nationales

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.