Carnet “Histoire orale et archives orales”

Le carnet Hypothèses “Histoire orale et archives orales. Carnet dédié à l’enquête orale en histoire et en histoire de l’art” a été créé en 2020 à l’initiative d’Ariane Mak.

Après avoir soutenu une thèse en Histoire et civilisation à l’EHESS sur les mineurs britanniques à travers les enquêtes du Mass Observation entre 1939-1945, elle occupe désormais un poste de Maître de conférences à l’université Paris Diderot. Elle est chercheuse au LARCA-Laboratoire sur les cultures anglophones (CNRS UMR 8225).

Outre une veille très active sur les publications et manifestations internationales, le carnet souhaite mettre en lumière des cas d’études selon principales modalités :

  • La rubrique « Grand Format » propose de dévoiler les coulisses d’une recherche d’histoire orale en cours, ou achevée. Retour d’expérience, difficultés rencontrées, surprises d’enquêtes, astuces : c’est un lieu de partage sur l’enquête orale faisant la part belle à la dimension matérielle de la recherche (photographie de canevas de questions, de lieux d’enquête, d’objets et archives privées collectées au cours du terrain…).
    La rubrique accueille aussi des présentations de fonds d’archives orales.
  • la rubrique « De vive voix » […] présente un entretien ou un extrait d’entretien, commenté par l’intervieweur ou l’archiviste. Celui-ci peut être éclairé par les notes relatives à l’entretien ou par une présentation de la transcription et des choix qui ont dû être faits – et son importance examinée au regard du travail de recherche ou de l’ensemble du corpus.

Le carnet est ouvert aux contributions des chercheurs, doctorants et masterants en lien avec les sources orales.



Citer ce billet
Stéphanie-Emmanuelle Louis (2020, 30 juin). Carnet “Histoire orale et archives orales” HPCA. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pped

Auteur/autrice : Stéphanie-Emmanuelle Louis

Docteure en histoire contemporaine de l'EHESS, elle a soutenu une thèse en 2013 sur la patrimonialisation du cinéma en France entre 1944 et 1968. Son approche croise muséologie, études visuelles et histoire des politiques culturelles et des usages sociaux du passé. Elle a travaillé en association avec l'Institut d'histoire du temps présent (IHTP-CNRS) entre 2007 et 2021. Elle a intégré le Centre Jean Mabillon, EA de l'Ecole nationale des chartes où elle est coordinatrice des projets de recherche. Elle est responsable depuis 2019 du programme "Histoire de la pédagogie de la création artistique" et fait partie du collectif organisateur du Séminaire d'histoire culturelle du cinéma. Par ailleurs, elle est aussi membre du Conseil d'administration de l'Association française de recherche en histoire du cinéma-AFRHC.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search