Programme de recherches ACA-RES

Le programme de recherches ACA-RES- Les académies d’art et leur réseaux dans la France préindustrielle a vu le jour au sein du FRAMESPA, laboratoire de l’Université Toulouse Jean Jaurès. Il est porté par Anne Perrin-Khelissa, maîtresse de conférences, et Emilie Roffidal, chargée de recherches au CNRS. Un organigramme complet peut être consulté en ligne, ici.

Page d’accueil du carnet Hypothèses d’ACA-RES

Il a pour objectif scientifique, selon la présentation disponible sur la page d’accueil du carnet ACA-RES, “de restituer les liens personnels et institutionnels qui construisent et animent ces établissements, en considérant à la fois leur « entre-soi » artistique, mais également leurs connexions avec d’autres cercles de sociabilité, notamment littéraires et/ou scientifiques (académies des sciences et belles-lettres, sociétés badines ou savantes, écoles militaires ou des Ponts et Chaussées, etc.). Il s’agit ainsi de mieux comprendre la place et l’action réticulaire des académies et des écoles d’art dans un large XVIIIsiècle.

Cet objet d’étude comprend à la fois la cinquantaine d’institutions créées sur l’ensemble du territoire entre 1740 et 1791, tout comme les différentes structures qui leur succéderont (écoles centrales, musées, écoles des Beaux-Arts, école des arts décoratifs, etc.) de Dunkerque à Pau, de Marseille à Lorient, en passant notamment par Dijon, Troyes ou Bordeaux.”

Pour en savoir plus sur ce programme, on pourra aussi se référer au podcast “Les écoles d’art: une histoire française”, réalisé par l’INHA, et disponible ici.

ACA-RES dispose aussi d’un carnet de recherches, qui regroupe une grand nombre d’éléments permettant un suivi minutieux des travaux (onglet étapes du programme) et le partage de précieuses ressources. On y trouvera notamment: un Etat du champ, les textes des différentes journées d’études et autres publications liées au projet , différentes ressources numériques (archives en ligne sur Nakalona, carte animée, bibliographie Zotero, bibliothèque, base de données). Des actualités relatives au projet y sont également relayées avec régularité. On voit combien cette équipe a su s’emparer des moyens numériques pour soutenir ses travaux et insuffler aussi par ce moyen une dynamique tout à fait exemplaire à son programme de recherches.

Ecran d’accueil de l’exposition virtuelle d’ACA-RES

En 2019, ACA-RES a bénéficé d’une carte blanche à l’INHA notamment dédiée à la création d’une exposition virtuelle sur les supports pédagogiques des académies de province au XVIIIe siècle. Cette production numérique est consultable en ligne. Elle offre un admirable exemple de vulgarisation de la recherche.

A suivre…



Citer ce billet
Stéphanie-Emmanuelle Louis (2020, 31 août). Programme de recherches ACA-RES. HPCA. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ppei

Auteur/autrice : Stéphanie-Emmanuelle Louis

Docteure en histoire contemporaine de l'EHESS, elle a soutenu une thèse en 2013 sur la patrimonialisation du cinéma en France entre 1944 et 1968. Son approche croise muséologie, études visuelles et histoire des politiques culturelles et des usages sociaux du passé. Elle a travaillé en association avec l'Institut d'histoire du temps présent (IHTP-CNRS) entre 2007 et 2021. Elle a intégré le Centre Jean Mabillon, EA de l'Ecole nationale des chartes où elle est coordinatrice des projets de recherche. Elle est responsable depuis 2019 du programme "Histoire de la pédagogie de la création artistique" et fait partie du collectif organisateur du Séminaire d'histoire culturelle du cinéma. Par ailleurs, elle est aussi membre du Conseil d'administration de l'Association française de recherche en histoire du cinéma-AFRHC.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search