Les écoles de cinéma au XXe siècle : objet d’Étude privilégié pour une histoire transnationale des circulations artistiques et politiques/ PROGRAMME

Journée d’étude Université Paris 1 – Centre d’histoire sociale des mondes contemporains (CHS) UMR 8058 – Mardi 24 novembre 2020

Objet de recherche peu présent à la fois dans les travaux sur l’histoire du cinéma ainsi que dans les études d’histoire culturelle et politique, les écoles de cinéma ont pourtant constitué des institutions incontournables de transmission et de formation de plusieurs générations de professionnels du cinéma du XXe siècle. En 2010, dans son article “Theory, Practice and the Significiance of Film Schools” (Scandia 76-2, p. 31-46), Duncan Petrie regrettait ce manque d’intérêt : « Film schools have had considerable impacted on wider stylistic trends, production practices, national cinemas, and film-making movements, yet within most historical accounts of cinema, film maker’s education has tended to be treated as a minor biographical detail or is simply assumed to be one aspect of the on-the-job skills-acquisition.

Outre l’importance que revêt cette étape de formation essentielle pour comprendre la trajectoire d’un artiste, il nous semble surtout que les dimensions culturelles, politiques et sociales des réseaux constitués par l’intermédiaire de ces écoles ont été sous-évaluées. Ces écoles qui apparaissent dans différents pays dès l’entre-deux-guerres (URSS, Italie), se multiplient à partir des années 1940. Ce phénomène s’inscrit temporellement dans deux mouvements intrinsèquement liés : d’une part l’émergence de la Guerre froide durant laquelle la compétition des idées et des imaginaires a touché le médium cinématographique dans tous ses aspects et par conséquent également la formation aux métiers du cinéma ; et d’autre part à l’accroissement des mobilités étudiantes dues, entre autres, aux décolonisations.

Notre objectif est de mieux cerner la manière dont les écoles et les acteurs de ces écoles – en particulier les étudiants – ont été des vecteurs de savoir-faire, de pratiques, et d’imaginaires sur le plan aussi bien artistique que politique et ont pu constituer les bases d’un réseau de professionnels encore actifs aujourd’hui. Revenant sur la trajectoire d’enseignants et étudiants des écoles de cinéma essentiellement dans le second XXe siècle, les intervenantes de cette journée d’étude interrogerons les conséquences et les traces de ces circulations transnationales. Elles présenteront également le corpus de documents et de films qui peuvent nourrir cette histoire.

Après votre inscription – obligatoire – à l’adresse jehistoireecolesdecinema@gmail.com un message de connexion vous sera envoyé.

PROGRAMME

9h 15 : ACCUEIL ET INTRODUCTION 

Historiographie des écoles de cinéma et circulations transnationales

par Gabrielle Chomentowski

9h30- 10h45 – ACTEURS TRANSNATIONAUX DES CIRCULATIONS CINEMATOGRAPHIQUES

Claire Demoulin (université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis), William Dieterle from stage to school: Weimar migrants teaching film-making in Hollywood

Chloé Folens (ED 472 EPHE / École nationale des Chartes) Fernando Birri and the Santa Fe Film Institute: lessons in neorealism »

Marie Pierre-Bouthier (université Montpellier-3) : Paris (1961-1963), laboratoire de la prise de conscience politique et artistique d’un cinéaste marocain – Les années étudiantes d’Ahmed Bouanani à l’IDHEC

11h-12h – ARCHIVES ET VALORISATION DE L’HISTOIRE DES ECOLES DE CINEMA

Tereza Czesany Dvořáková (Ph. D., Academy of Performing Arts, Prague), FAMU: History of the Prague film school and how to research it

Tereza Stejskalová, (Ph.D., Film and TV School of Academy of Performing Arts, Prague & tranzit.cz) Voices from the Past as Allies in the Present: Researching Films of Global South Students in Czechoslovakia

14h00-15h30 ARCHIVES ET VALORISATION DE L’HISTOIRE DES ECOLES DE CINEMA : PROJECTIONS DE FILMS D’ETUDIANTS

Monika Talarczik (dr hab., PhD, Prof. PWSF TviT im. L. Schillera w Łodzi), Etudes from the Babel Tower. Students from the global South in the Lodz Film School.

Léa Morin (curatrice de l’exposition « CINIMA 3 : ŁODZ–CASABLANCA ») LODZ – CASABLANCA, archives privées, micro-histoire, récits intimes et politiques des étudiants marocains à l’École de cinéma de Lodz dans les années 1960 et 1970.

15h45h-16h45 – TABLE-RONDE : ARCHIVES ET FILMS D’ETUDIANTS EN FRANCE : DEFINITION, CONSERVATION ET VALORISATION

Béatrice de Pastre (Centre national du cinéma), Barbara Turquier (FEMIS), Genevieve Profit (Archives Nationales), Sandrine Gill (Archives Nationales)

16h45-17h CONCLUSIONS


Auteur : Stéphanie-Emmanuelle Louis

Docteure en histoire contemporaine de l'EHESS, elle a soutenu une thèse en 2013 sur la patrimonialisation du cinéma en France entre 1944 et 1968. Son approche croise muséologie, études visuelles et histoire des politiques culturelles et des usages sociaux du passé. Elle travaille en association avec l'Institut d'histoire du temps présent (IHTP-CNRS) depuis 2007. Elle fait partie du collectif organisateur du Séminaire d'histoire culturelle du cinéma.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.