Intervention de Clélia Barbut

Étudier la transmission, entre circulation des savoirs et des affects. Le cas du fonds d’archives de Nathalie Magnan.

Clélia Barbut est postdoctorante, chercheuse associée à l’Équipe d’Accueil Histoire et Critique des Arts de l’université Rennes 2, où elle enseigne au département d’Histoire de l’art. Après une thèse consacrée à l’émergence de la performance en France et aux États-Unis pendant la décennie 1970, elle travaille aujourd’hui sur l’histoire des pratiques artistiques performatives, leurs archives et leur historiographie. Ce sont des questionnements au sujet des pédagogies féministes qui l’ont amenée à s’intéresser au fonds d’archives de Nathalie Magnan. Le contexte du département d’Histoire de la conscience à l’Université de Californie à Santa Cruz, où celle-ci a étudié et enseigné pendant la décennie 1980, est celui de l’institutionnalisation des études queer, des activismes LGBT et de la lutte contre l’épidémie du sida. Auprès, entre autres, de Donna Haraway, Nathalie Magnan développe alors une pratique et une réflexion autour de la « vidéo résistante ».

Ressources en ligne me concernant

Page personnelle sur le site de l’EA Histoire et critique des arts : https://ea1279.hypotheses.org/equipe/membres-associes/clelia-barbut

Page personnelle sur Academia : https://univ-rennes2.academia.edu/Cl%C3%A9liaBarbut

Ressources en ligne concernant mon intervention

« Entangled Methodologies », publiée sur le blog des Archives de la Critique d’Art : https://leslunettesderestany.wordpress.com/2021/01/04/une-pelote-methodologique/

Les Archives de la critique d’art : https://www.archivesdelacritiquedart.org/

La filmographie en ligne de Nathalie Magnan : https://archive.org/details/@de_la_mule_au_web

Merci à Clélia Barbut de nous avoir fourni ces informations.


Auteur : Stéphanie-Emmanuelle Louis

Docteure en histoire contemporaine de l'EHESS, elle a soutenu une thèse en 2013 sur la patrimonialisation du cinéma en France entre 1944 et 1968. Son approche croise muséologie, études visuelles et histoire des politiques culturelles et des usages sociaux du passé. Elle travaille en association avec l'Institut d'histoire du temps présent (IHTP-CNRS) depuis 2007. Elle fait partie du collectif organisateur du Séminaire d'histoire culturelle du cinéma.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.