Pratiques et imaginaires de l’archive autobiographique en architecture

  • œuvre, document, archive

Pour toute discipline, la légitimité et la validité scientifique d’une source de recherche sont sous-tendues par de nombreux critères, parmi lesquels la fiabilité accordée au statut même de la source.

En cela, la source autobiographique est soumise à controverse. Production d’auteur.e et non de chercheur.e, son contenu ne vise ni l’exhaustivité, ni l’objectivité, tandis que son dessein premier ne consiste pas à produire de la connaissance scientifique.

Une source autobiographique peut se décliner en différents formats qui orientent la réception du.de la chercheur.e : de l’œuvre publiée, au document isolé ou à l’archive constituée.

L’archive autobiographique est une construction effectuée par le « je » narratif qui en porte le récit et le projet. Ce dernier investit autant le choix du contenu archivé que celui de son mode d’archivage.

Pour le.la chercheur.e, l’archive autobiographique est une ressource alternative aux théories et grands récits qui prédominent au sein de sa discipline. De fait, la dimension plurielle de cette collection de documents porte paradoxalement une voix singulière, celle de son auteur.e, autobiographe et archiviste.

L’archive autobiographique donne ainsi à entendre un propos portant témoignage d’une expérience vécue, dont la portée demeure parfois inaudible dans les canaux officiels de la recherche. Un propos, devenant essentiel en suppléant les sources scientifiques elles-mêmes, lorsque celles-ci font face à certaines lacunes, impasses et sous-représentations. L’archive autobiographique rétablit ainsi une chambre d’écho à des voix non dominantes et ne bénéficiant pas d’une autorité a priori reconnue.

  • archive autobiographique dune agence, archive autobiographique dun.e architecte

La discipline architecturale a pour spécificité de considérer le cadre du projet comme producteur de connaissance[1], reconnaissant par là même la valeur de sources tant théoriques que pratiques, relevant tant des résultats que des processus.

Ainsi, au-delà même des écrits, les matériaux hétéroclites du projet – plans, coupes, relevés, photographies d’arpentage, planches de rendu, etc – forment dans la vie d’une agence d’architecture ou d’un.e architecte des archives prolifiques. Ces sources ne sont pas couramment collectées, inventoriées, classées, conservées et valorisées dans les circuits d’archives administratives et institutionnelles. Faute de temps ou de place, leur prolifération et leurs formats contraignants amènent à leur mauvais stockage puis, couramment, à une destruction plus subie que choisie.

Toutefois, une part importante de ces archives est sauvegardée par le biais d’initiatives et de fonds privés. Elles sont ainsi couramment prises en charge soit par les agences, soit par les architectes eux-mêmes.

Suivant cette logique, deux démarches d’archivistes contemporains peuvent être ici évoqués, relevant de deux motivations : l’une collective et l’autre individuelle. Chacune porte un récit de soi spécifique et auto-documenté, soit l’autobiographie d’une agence et l’autobiographie d’une architecte.

Comme pratique et imaginaire de constitution d’une archive autobiographique relative à une agence, nous retiendrons ici la démarche de l’agence bâloise d’Herzog et de Meuron.

Au sein de la discipline architecturale, cette archive a été largement diffusée et commentée[2]. Ce fond, valorisant le processus créatif architectural sous une scénographie soignée, a été exposé à plusieurs reprises. En 2014, il a enfin motivé la sortie de terre d’un édifice d’archive dédié, associé à un programme de logements et dessiné par l’agence elle-même : le Helsinki Dreispitz à Münchenstein, en Suisse.

Cette pratique d’archiviste a contribué au mythe et à la reconnaissance dont jouit la célèbre agence. Une pratique qui emprunte aux codes des collectionneurs d’art et des cabinets de curiosité, renvoyant à une certaine idée du savoir et de la culture.

L’exigence y est tenue tant par le mode d’inventaire et de stockage que par la valorisation et l’accessibilité des sources d’archives. Le contenu d’archivage y est orienté, diffusant la culture de projet de l’agence, en valorisant de façon privilégiée l’outil de conception de la maquette.

L’archive autobiographique est ici une propriété d’agence qui participe à la richesse monographique de ses productions, accédant par là même au rang de collections. L’imaginaire de restitution de l’archive renvoie ici à un idéal d’ordre et de rationalité, valorisant le contenu autant que le contenant, l’objet d’archive autant que son espace d’archivage.

Archive autobiographique d’une agence d’architecture, chez Herzog et de Meuron.
Source : © Jacques Herzog and Pierre de Meuron Kabinett (Foundation), photographie de Iwan Baan.

À contrepied, une autre posture d’archiviste peut être mobilisée en la personne de l’architecte américaine Denise Scott Brown. Dans ce cas précis, le récit porté par la collecte d’archives ne relève pas de l’autobiographie d’une agence mais de l’autobiographie de l’architecte. La dimension prolifique de ces archives déborde du cadre strict des productions de l’agence Venturi Scott Brown où Denise Scott Brown est associée. Mais elle renseigne plus fondamentalement sa trajectoire singulière au sein de la discipline et sa recherche d’autonomie, notamment en tant que femme architecte.

Son contenu ne vise donc pas à restituer des projets réalisés, comme s’il s’agissait des coulisses d’un portfolio. On trouve plutôt dans le melting-pot de ses archives des fragments autobiographiques extraits de sa formation, de ses voyages, de ses enseignements, de ses écrits manifestes ou oubliés. Un outil de représentation est là aussi particulièrement à l’honneur, celui de la photographie qui l’a accompagnée durant toute sa carrière.

Le fond d’archive privé de l’architecte a lui aussi été mobilisé et exporté dans un cadre curatorial[3], mais de manière plus fragmentaire, comme une matière première révélée, plus qu’un espace originel en soi.

Si l’obsession pour l’archive est toute aussi forte que chez Herzog et de Meuron, l’imaginaire est radicalement autre chez Denise Scott Brown. Il appelle au désordre, à la profusion et à l’éclectisme, entremêlant sans hiérarchie le savant et le populaire, le bon et le mauvais goût. Pour autant, l’impression peut être trompeuse puisque son exigence de citation des sources est des plus aigües. Sa logique d’attribution des signatures et des copyrights est en effet extrêmement rigoureuse, authentifiant la part de soi et la part des autres.

Face à ces deux univers d’archives autobiographiques, le.la chercheur.e en architecture est amené.e à entreprendre une expérience immersive et spatiale. Entrer dans le « moi » archivé de l’agence d’architecture ou de l’architecte consiste à se situer soi-même dans une configuration du monde où les documents d’archives présentent leur architecture propre. Un imaginaire qui n’est pas sans rappeler d’autres référents culturels, tel l’architecte londonien Sir John Soane au XVIIIème et XIXème siècle. Ses archives sont encore aujourd’hui présentées au public dans l’écrin officiel d’un musée, au sein d’un lieu qui fut auparavant tout à la fois sa maison et son agence d’architecture.

Titre : Archive autobiographique d’un.e architecte, chez Denise Scott Brown.
Source : © Eva O’Leary, Cultured.

[1] VIGANO Paola, Les territoires de lurbanisme. Le projet comme producteur de connaissance, MétisPresses/vuesDensemble, 2012, 296p.

[2] URSPRUNG Philip (dir.), Herzog et de Meuron, Histoire naturelle, Lars Muller, 2002, 471p.

[3] TENENBAUM Jeremy Eric, Your guide to Downtown Denise Scott Brown : Hintergrund 56, Park Books, 2019, 173p.



Citer ce billet
Gangarossa Laurie (2021, 13 janvier). Pratiques et imaginaires de l’archive autobiographique en architecture. HPCA. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ppff

Auteur/autrice : Gangarossa Laurie

Laurie Gangarossa est architecte à Lyon et maître de conférences associé à l’ENSACF. Son goût pour l’écriture soutient son doctorat en architecture, mené à l’Observatoire de la Condition Suburbaine (Eav&t Paris-Est, ED VTT, UMR AUSser 3329). Sa thèse, effectuée sous la direction de Sébastien Marot, interroge la posture engagée de l’architecte-écrivain – et plus spécifiquement de l’architecte-autobiographe – dont les récits d’expériences aux formes spécifiques participent à l’histoire et à la théorie de l’architecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search