Quelques réalisations vidéo des étudiant.e.s de l’ENSAD

Atelier Vidéo à l’ENSAD. Photo du site de l’ENSAD au 28 janvier 2021. © EnsAD / Béryl Libault de la Chevasnerie

Clarisse Hahn enseigne dans le cursus master du secteur Photo-Vidéo de l’ENSAD, elle est référente pour les 4e et 5e années. Elle interviendra lors de la table ronde du 29 janvier 2021. Afin d’illustrer la diversité des travaux réalisés dans le cadre de ses cours et plus largement à l’ENSAD, elle montrera des extraits des créations suivantes.

  • La limite élastique, de Pauline Pastry, 2017, 14min.37, Vidéo HD

Synopsis :

Mon père étant ouvrier, les termes de productivité, de désindustrialisation, de rendement, de maintenance étaient présents au quotidien. Il me sert d’interprète, de modèle de cette figure ouvrière dans une période de l’entre-deux industriel, entre la banalisation de la robotisation et le maintien du travail à la chaine. Qu’y aura-t-il après mon père ? Quelle sera la place du corps humain dans l’industrie de demain ? Le corps soumis à un travail répétitif peut lui aussi, tout comme un matériau, atteindre sa limite, casser et ne pas retrouver sa forme initiale.

Pauline Pastry est née en 1992. Elle vit et travaille à Bruxelles. Elle a été diplômée en 2017 de l’Ecole nationale supérieure des Arts Décoratifs de Paris. Pauline Pastry explore, au travers de médiums aussi variés que la vidéo, la photographie, la sculpture et l’édition, l’évolution de la condition ouvrière dans le contexte actuel de désindustrialisation. 

Son premier film La limite élastique a été montré dans des festivals tels que « Filmer le travail » à Poitiers en 2018 et « 7ème Lune » à Rennes en 2018. Elle a également exposé à la Grande Halle de La Villette dans le cadre de l’exposition « 100% l’Expo » en 2019. Son installation Opus a été présenté à la galerie Komunuma à Romainville en février 2020, et à Art Contest à Bruxelles. Opus sera également projeté au BAFF et à l’ISELP à l’automne prochain. 

Lien vers le site web de Pauline Pastry : http://paulinepastry.com 

  • Welcome to my room, Marilou Poncin, 2017, 13min, Digital Vidéo, 16:9

Synopsis :

Ce film combine par le montage, l’installation vidéo de Cam Girl Next Door et Roxy’s room sur un même écran.
Welcome to my room est une invitation dans le monde du caming.
Vous y trouverez : deux filles, deux chambres, deux ambiances ainsi que deux points de vue sur cette pratique de la sexualité en ligne. Entre confessions, questionnements sur la féminité, jeux de rôle et conversations salaces sur les chats, vous partagerez avec elles un moment hors du temps, dans le monde des fantasmes virtuels.


Marilou Poncin vit et travaille à Paris. Artiste, photographe et vidéaste, elle étudie aux Beaux-Arts de Lyon, à la Gerrit Rietveld Academie à Amsterdam et à l’ENSAD (Paris). Son travail explore nos fantasmes dans leur rencontre avec les nouvelles technologies. Ses précédents travaux mettent en scène des camgirls, des avatars, et des love dolls : ces personnages principalement féminins qui peuplent l’imaginaire digital. Entre installations, réalité virtuelle et art vidéo, ses œuvres croisent plusieurs formats et médias.

Lancée en 2015 par la réception du prix des Inrocks Lab (nouvelle création vidéo), son travail sera ensuite exposé à l’Espace témoin (Genève), au Frac Île-de-France, à la Villette, aux Magasins Généraux, à la Gaîté Lyrique ou lors de festivals comme le Festival des films de Femmes de Créteil ou Videoformes à Clermont-Ferrand.

Lien vers le site web de Marilou Poncin : marilouponcin.com

  • Râ226, Corentin Laplanche Tsutsui, 2019, 30min.52, Vidéo HD, 1.5:1 (3:2)

Synopsis :

Au Centre d’études nucléaires de Saclay, l’architecture insuffle le récit autant qu’elle porte les symptômes de l’idéologie qui la fît naitre. Un temple rationaliste bâti par le pape du classicisme rationnel, Auguste Perret. Râ226 est un essai de fascination critique qui interroge : comment l’idéologie, à travers les discours et les plans, établit-elle un système formel ? Le film s’inscrit dans un projet global réunissant sculptures, photographies, éditions et diorama.

Corentin Laplanche Tsutsui (1990) est artiste, diplômé de l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs (2018). Il vit et travaille à Marseille. Il développe, en installations et dispositifs, une pratique filmique et photographique. Les films se déploient dans un environnement, les photographies s’agencent et deviennent des objets. En 2019 il obtient la Mention spéciale du jury du Prix Émergences (Scam, Centquatre-Paris, Edis), pour son film Râ226 et son projet en écriture Ville Composite. Il poursuit au travers de sa pratique un projet de recherche-création sur les transformations des métropoles.

Lien vers les sites web de Corentin Laplanche Tsutsui :www.corentinlaplanchetsutsui.com ; @corentinlaplanchetsutsui

  • ¡BAILA MARIA!, Emma Tholot, 2020, 21min.47, Vidéo HD, 1,66:1

Synopsis : 

Maria a huit ans et elle grandit à Ibiza, un territoire insulaire, ambigu et sacré. Elle prépare un ballet pour sa famille, qui se tiendra un lendemain de pleine lune. Il y avait quarante ans qu’aucun enfant n’était né à S’Estanyol, terre paysanne située à côté du village Jesùs, au sud-est de l’île.

Emma Tholot (1994), est artiste, photographe et vidéaste, diplômée de l’Ecole nationale supérieure des Arts Décoratifs (2020). Elle vit et travaille à Paris. Elle explore le déploiement et le vacillement d’archétypes universels, tels que les actes de se nourrir, de se tenir, de se vêtir et de désirer, sur les territoires méditerranéens. 

Nous signalons également que les travaux du secteur Photo-Vidéo de l’ENSAD sont partiellement consultables en ligne et accessibles via le site de l’école: ici.

Nous remercions Clarisse Hahn, Corentin Laplanche Tsutsui, Pauline Pastry, Marilou Poncin et Emma Tholot de nous avoir transmis ces informations.


Auteur/autrice : Stéphanie-Emmanuelle Louis

Docteure en histoire contemporaine de l'EHESS, elle a soutenu une thèse en 2013 sur la patrimonialisation du cinéma en France entre 1944 et 1968. Son approche croise muséologie, études visuelles et histoire des politiques culturelles et des usages sociaux du passé. Elle travaille en association avec l'Institut d'histoire du temps présent (IHTP-CNRS) depuis 2007. Elle fait partie du collectif organisateur du Séminaire d'histoire culturelle du cinéma.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.