IDHEC, 1957: plongée télévisuelle au cœur d’une école

L’IDHEC

Réalisateur : Alexandre Tarta. 32 min 10

En direct de la 1ère chaîne, réseau 1, le 8 mai 1957.

INA, Fonds Télévision. CPF86609168

Après un gros plan sur la plaque de l’école, nous voyons des jeunes filles et jeunes hommes pénétrer dans le vaste bâtiment de l’IDHEC. Le commentaire signale que ce qu’ils « viennent chercher [est] la matière qu’on s’attend le moins à voir enseigner dans une école : le cinéma ». Peut-on supposer que près de quinze ans après la création de l’école, il s’agit encore de la légitimer aux yeux du grand public ?

  • Avec Rémy Tessonneau

C’est ce que laisse penser ce propos du directeur de l’époque, Rémy Tessonneau : « c’est une chose à laquelle on n’est pas encore très habitué mais qui entre maintenant dans la vie puisque nous avons, au cinéma, un très grand nombre d’anciens élèves, à la télévision également et notre école a pour but de préparer les générations futures de cinéastes. »[1] Avec le panorama de différents enseignements et leur présentation par les enseignant.e.s responsables, le reportage montre le sérieux et la technicité de la formation dispensée, en tentant notamment de la situer au même rang que les plus prestigieux établissements français. Desgraupes remarquera d’ailleurs au début du document « il y a une classe préparatoire exactement comme pour Saint-Cyr, Polytechnique, etc. ? » Outre les modalités d’entrée dans l’école, cet échange sera l’occasion d’évoquer brièvement le contingent d’élèves et  l’organisation d’enseignement associant théorie et pratique.

Suite à cet entretien tenu dans le hall de l’école, démarre la visite des quatre classes présentées dans le reportage, avant le visionnage partiel de travaux d’élèves.

  • Cours de découpage

Un plan sur un tableau noir nous rappelle que nous nous trouvons dans un contexte pédagogique. Un travelling arrière révèle toute la préparation du découpage des plans préalablement effectuée dans le cours et nous permet aussi de voir la salle de classe. Le cours de découpage porte sur l’adaptation en 16 mm d’une scène de Huis Clos (Jean-Paul Sartre) par un étudiant américain, James Blue. Les étudiants (car il ne semble y avoir que des garçons dans la pièce) interprètent la scène eux-mêmes. Nous voyons derrière eux, accrochés au mur, des posters expliquant des éléments théoriques sur « le décor ». L’enseignant interrompt les étudiants pour signaler une erreur dans le placement de la caméra. Après un rapide échange avec l’étudiant et interrogé de surcroit par Desgraupes à ce sujet, l’enseignant part expliquer au tableau la règle des 180°, schémas à l’appui. Desgraupes se faufile hors de la pièce.

  • Classe de montage

Un fondu enchaîné nous dévoile des rayonnages de boîtes et de bobines, nous apercevons plus loin des jeunes femmes qui les manipulent, parfois assises à une table de montage. Un travelling arrière nous fait découvrir l’ensemble de la pièce et du groupe d’étudiant.e.s : 5 filles et 3 garçons. Au fond de la salle, Desgraupes interroge Marie-Thérèse Cleris qui est professeure de la classe de montage. Pour expliquer sa discipline, elle montre un extrait de film d’élève « avec quelques images qui ont été assemblées sur cette table de montage avec le son qui se déroule en synchronisme ». Elle attire ensuite l’attention de Desgraupes sur différents exemples d’interventions de montage et de faux raccords. La nécessité de les anticiper est soulignée par l’enseignante, qui évoque par ailleurs la chaîne de coopération professionnelle qui sous-tend la réussite d’un film. Elle déclare que « du travail de la scripte dépend en grande partie l’exactitude et la perfection du travail du monteur. » Concernant la fréquentation de la classe, l’enseignante précise : « nous avons une section montage où les futures monteuses et scriptes s’entraînent plus longuement que les autres élèves, mais tous les réalisateurs viennent également au montage, où ils doivent se livrer à des exercices pratiques », ce qui nous renseigne sur la répartition genrée dans les métiers du cinéma, venant appuyer ce que suggèrent les images.

  • Cours de son

De nouveau, l’effectif est essentiellement masculin en cours de son, où nous retrouvons ensuite Desgraupes. Dans le poste pilote de l’équipement de l’IDHEC, nous assistons à une opération de mixage, dont l’enseignant explique la teneur.

Enseignant : Lorsque les sons sont montés, comme vous venez de le voir au montage, ils viennent tous ici, sont lus séparément, et ensuite sont mélangés pour obtenir une bande définitive qui passe dans l’exploitation.

Interviewer : C’est-à-dire que contrairement à ce que croit quelque fois le spectateur dans les salles de cinéma, il n’y a pas d’un côté l’image et de l’autre côté le son. Il y a d’un côté l’image et de l’autre côté, une bande pour le dialogue, le texte, une bande pour la musique, une bande pour le …

Enseignant : Oui, il y a autant de bandes séparées que le son qu’on est censé obtenir en principe.

Derrière la vitre, dans la cabine, nous voyons ensuite un élève au pupitre. En contrechamp, la projection d’un extrait de film, d’abord muette qui sera ensuite renouvelée successivement avec les dialogues, les bruits de la scène, la musique puis avec le mélange sonore complet.

  • Leçon de mise en scène

Desgraupes quitte l’enseignant, non sans l’avoir remercié. Dans un travelling arrière, nous découvrons un plateau de tournage sur lequel s’affairent des étudiant.e.s. L’interviewer rejoint Pierre Cardinal, « l’un de nos confrères de la télévision et […] professeur de mise en scène » et lui demande d’expliquer ce que font les jeunes gens. Cardinal explique que pour l’heure « ils sont livrés à eux-mêmes » pour préparer le tournage d’un plan dont il nous révèle le contenu et les enjeux.

Enseignant : C’est simple mais c’est en même temps compliqué aussi parce qu’il y a 4 mouvements conjugués et qu’il faut synchroniser. C’est-à-dire le mouvement de la petite fille, bien sûr, qui vient voir au rideau. Il y a le mouvement des deux amants, disons, qui viennent jusqu’au milieu de l’image. Puis il y a une bicyclette qui passe là.

Interviewer : Pourquoi une bicyclette ?

Enseignant : Pour symboliser la rue, bien sûr ! Et puis, il y a la caméra qui va faire un travelling en avant.

La répétition commence sur ordre de Cardinal. Mais, bien vite, il interrompt les étudiant.e.s et leurs intime de recommencer le plan car la caméra a été déplacée bien trop rapidement. Sur ces entrefaites, Desgraupes s’éclipse pour rejoindre une salle de projection, au mobilier plutôt rudimentaire.

  • Dans la salle de cinéma

Desgraupes annonce : « Et bien je suis maintenant dans la salle de cinéma. Il est bien normal que, dans une école qui s’appelle l’IDHEC, il y ait une salle de projection. C’est là qu’on voit les devoirs des élèves n’est-ce pas Monsieur ? ». A destination du téléspectateur, il distingue bien cet espace de la représentation habituelle que celui-ci pourrait se faire d’une salle de cinéma, et soulignera jusqu’à la fin de la séquence, l’usage non récréatif de ce lieu. Marcel L’Herbier prend ensuite la parole pour revenir sur la création de l’IDHEC et expliquer, pour reprendre Desgraupes, « comment est venue une idée semblable » :

[…]il y a peu près 20 ans m’est venu l’idée que le cinéma était devenu un art et que tous les arts avaient une école que ce soit la musique, la peinture, la littérature. Alors je me suis dit : « Fondons une école de cinéma ! ». Mais une idée très simple ne s’impose pas très simplement. Il a fallu assez longtemps pour persuader le gouvernement qu’une école comme celle-là, un peu révolutionnaire à la base était indispensable et puis finalement le gouvernement m’a donné les moyens il y a  juste 13 ans de fonder officiellement cet institut. Et maintenant j’ai dans l’idée que notre gouvernement se félicite de cette initiative.

Lorsqu’on l’interroge sur la situation mondiale, L’Herbier souligne l’influence française sur la création d’écoles à l’Est ou à l’Ouest, tout en restant dans une chronologie floue quant aux initiatives antérieures à Rome ou Moscou. Il insiste aussi sur le travail en réseau de ces institutions et, une fois de plus, sur le rôle de la France dans ces interactions internationales.

Interviewer : Vous avez joué un rôle de pilote en quelque sorte ?

L’Herbier : Oui, c’est cela. Elles ont un statut différent, mais en tout cas, les idées et les ambitions de toutes ces écoles sont les mêmes, n’est-ce pas ? C’est de former, de qualifier plus parfaitement, tous les hommes qui font les films, c’est-à-dire ce spectacle qui doit convenir à tous les hommes. Et c’est pourquoi nous nous sommes rencontrés et nous avons fondé maintenant un Centre international de liaison entre toutes les écoles de cinéma. Et on m’a amené à présider ce centre […].

Pour conclure, avant de passer au visionnage et constater l’aboutissement concret des formations de l’école, L’Herbier est invité à parler de la carrière des élèves après l’IDHEC. Si il cite des noms célèbres et récemment récompensés[2], il évoque aussi les étudiants étrangers formés en France puis rentrés dans leur pays d’origine, les Français travaillant pour le cinéma ou la télévision. Il précise : « notre ambition n’est pas de former uniquement des génies cinématographiques ce serait absurde. Mais nous voulons former des cinéastes exemplaires et puis il nous arrive comme à tout le monde d’avoir des élèves qui dépassent ce que nous pouvions espérer et nous en sommes très fiers je ne vais pas vous citer tous ceux qui sont au-dessus de la norme ».

Deux extraits sont ensuite projetés, représentatifs de genres bien distincts : l’un plutôt dramatique et ancré dans les années 1950, l’autre à la manière des burlesques de Keaton. Avant la projection, Desgraupes n’aura pas manqué de préciser que « les élèves font des devoirs comme dans toutes les écoles et même des devoirs de fin d’études. Ces devoirs sont des films. » On l’aura compris: l’enseignement de la pratique cinématographique est quelque chose de sérieux.


[1] Propos de Rémy Tessonneau. Nous soulignons.

[2] Louis Malle, ancien étudiant, pour le Monde du silence, Albert Lamorisse pour le Ballon rouge dont l’équipe était constituée d’anciens élèves.


Auteur/autrice : Stéphanie-Emmanuelle Louis

Docteure en histoire contemporaine de l'EHESS, elle a soutenu une thèse en 2013 sur la patrimonialisation du cinéma en France entre 1944 et 1968. Son approche croise muséologie, études visuelles et histoire des politiques culturelles et des usages sociaux du passé. Elle travaille en association avec l'Institut d'histoire du temps présent (IHTP-CNRS) depuis 2007. Elle fait partie du collectif organisateur du Séminaire d'histoire culturelle du cinéma.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.