Bilan de la première mission d’inventaire sommaire

Dans le cadre de la phase exploratoire du programme “Histoire de la pédagogie de la création artistique”, en 2016-2017, Isabelle Conte a été chargée d’un inventaire sommaire. Voici le bilan qu’elle avait pu établir à l’issue de sa mission, extrait de la note de synthèse qu’elle avait rédigée.

“Réaliser un inventaire sommaire des sources était nécessaire pour lier des collections dispersées. Ce travail a été l’occasion mettre en lumière certaines sources inédites. Il a permis de mesurer la variété des supports et de dégager des thématiques à soulever. Pour localiser les sources d’archives permettant d’aborder la pédagogie de la création artistique, il a fallu coupler un travail de terrain dans les services et dépôts des écoles avec un travail de recensement et de lecture des inventaires existants dans les différents lieux patrimoniaux.

  • Un travail dans les inventaires et un travail de terrain :

Localisation des sources : 

Aux Archives Nationales, le repérage des sources s’est focalisé sur les fonds d’archives produites par les écoles elles-mêmes et par l’administration centrale (politique publique : archives des cabinets ministériels, service de l’enseignement artistique, direction du cinéma etc.). A cela, se sont ajoutés certains fonds produits par des entités professionnelles comme le CNC, centre national du cinéma, qui a pu avoir un pouvoir décisionnel ou consultatif dans l’histoire de l’enseignement du cinéma à l’IDHEC et à la FEMIS.

Dans les écoles, une exploration des archives conservées dans les services, dans les dépôts, dans les bibliothèques, photothèques, médiathèques ou services audiovisuels a permis d’identifier des fonds inédits et de nature très variée. Ce travail de récolement de fonds qui étaient parfois non identifiés, a permis de soulever l’enjeu de leur patrimonialisation.

Des fonds archives conservés dans d’autres lieux patrimoniaux (bibliothèques, musées, instituts de conservation audiovisuelle etc.) et certaines initiatives particulières (archives en mains privées, travaux de chercheurs) viennent compléter l’instrument de recherche.

Des « archives » au sens large :

Il a été décidé de retenir l’idée archives au sens large, les fonds retenus dans l’inventaire sont des archives papiers mais aussi des œuvres originales ou reproduites (dessins, sculpture, films etc.), des captations sonores ou audiovisuelles, des documentaires, des témoignages, des documents numériques (textes, images, films, sons, schémas), certaines publications (prospectus, livrets de l’élève, règlements des études, manuels, catalogues d’exposition etc.). Ces archives concernent les directions données à la pédagogie d’un établissement mais également les pratiques pédagogiques mises en place de façon effective par les enseignants ou encore les travaux d’élèves, résultats de cette pédagogie.

Des sources sur les cadres de la pédagogie : Archives de la direction des établissements et des instances décisionnelles ou consultatives en matière de pédagogie (procès-verbaux du Conseil supérieur, du conseil des études, conseil pédagogique etc.) organisation de l’enseignement, programmes des enseignements, descriptions des études, réformes, règlements, sélection des élèves et recrutement des enseignants etc.

Des sources sur les pratiques pédagogiques : Cours (documents préparatoires, notes, supports, captations de conférences et d’enseignement, reportages), travaux d’élèves (œuvres, copies d’examen, mémoires, captations de spectacle, etc.) témoignages et reportages (écrits, photos, vidéos).

Les résultats de cette mission :

  • Premier résultat : La rédaction des tableaux de récolement d’archives.

Deux tableaux de récolement, accompagnés de rapports rédigés permettent de rendre compte des fonds d’archives non traités, encore présents dans les écoles qui ont été explorés à l’occasion de cette mission. Ces documents sont destinés aux établissements concernés[1] ainsi qu’à la mission archives du ministère de la Culture. Au fur et mesure des découvertes, ce travail de repérage et de récolement a vite révélé un objectif patrimonial. L’enjeu est de taille puisqu’il s’agit de sensibiliser les services des écoles d’art aux nécessités de sauvegarder, conserver et de faire connaître leurs archives afin de valoriser leur histoire et pouvoir mettre en perspectives leurs pratiques pédagogiques actuelles.

  • Second résultat : L’élaboration d’un instrument de recherche spécifique à la question de la pédagogie de la création artistique dans les cinq écoles d’art de PSL.

L’inventaire sommaire dont l’achèvement est prévu pour le 30 juin 2017, est constitué d’environ 300 fiches de description de fonds indiquant les lieux de conservation, organisées dans un tableur. Cet état des lieux permet d’identifier la localisation et la nature des sources conservées, de mesurer le fait que le processus pédagogique laisse peu de traces directes dans les archives des écoles d’art et ainsi permet de ne plus imaginer des documents qui n’ont peut-être jamais existé. En s’appuyant sur cet outil conçu dans le respect des normes de description archivistique il sera plus facile aux chercheurs de délimiter un terrain et de définir une méthode. Cet outil suscitera surement des projets de recherche portant sur ces établissements.”


[1]Beaux-Arts de Paris, CNSAD.


Auteur/autrice : Stéphanie-Emmanuelle Louis

Docteure en histoire contemporaine de l'EHESS, elle a soutenu une thèse en 2013 sur la patrimonialisation du cinéma en France entre 1944 et 1968. Son approche croise muséologie, études visuelles et histoire des politiques culturelles et des usages sociaux du passé. Elle a travaillé en association avec l'Institut d'histoire du temps présent (IHTP-CNRS) entre 2007 et 2021. Elle a intégré le Centre Jean Mabillon, EA de l'Ecole nationale des chartes où elle est coordinatrice des projets de recherche. Elle est responsable depuis 2019 du programme "Histoire de la pédagogie de la création artistique" et fait partie du collectif organisateur du Séminaire d'histoire culturelle du cinéma. Par ailleurs, elle est aussi membre du Conseil d'administration de l'Association française de recherche en histoire du cinéma-AFRHC.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.