Une révolte conformiste ? Appropriation et contestation de l’enseignement des arts décoratifs à l’École des beaux-arts vers 1900

  • Le « groupe de Rome » ou le renouveau de la tradition académique par le décor

En 1921, l’École des beaux-arts exposa, comme chaque année, les œuvres envoyées par ceux de ses anciens élèves qui avaient remporté le prix de Rome. Plusieurs peintres (Jean Dupas, Robert Pougheon, Jean Despujols et Louis Rigal) marquèrent à cette occasion leurs distances avec l’enseignement de l’École (Lechleiter 2008 ; Deltour à paraître). Dans ses Pigeons blancs, qui scandalisèrent les professeurs de l’École et l’Académie des beaux-arts, Jean Dupas adopte une palette vive et antinaturaliste pour représenter des femmes dansant dans un paysage idyllique, sans prétexte iconographique précis. Il abandonne la narration, la représentation de l’espace en perspective et la correction anatomique des figures, dont il avait pourtant dû faire la démonstration dans L’Amour vainqueur du dieu Pan, pour lequel il avait reçu le prix de Rome en 1910. La précédente génération des Beaux-arts, sortie de l’École entre 1890 et 1900, avait abandonné les sujets historiques pour traiter de manière naturaliste des scènes de la vie contemporaine. Formé autour de Dupas, le « groupe de Rome » se tournait plus radicalement vers la peinture décorative, abandonnant la narration et « l’imitation de la nature » qui en constituaient le cœur (Sérié 2014).

Continuer la lecture de « Une révolte conformiste ? Appropriation et contestation de l’enseignement des arts décoratifs à l’École des beaux-arts vers 1900 »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search