Séminaire Reg-Arts 2023-2024

Le séminaire de recherche “Trajectoires plurielles : les élèves de l’École des beaux-arts de Paris , 1800-1968” mené dans le cadre du programme REG-Arts reprend pour 2023-2024 sous la direction d’Alice Thomine Berrada (ENSBA), France Nehrlich (INHA) et Déborah Laks (CNRS).

Continuer la lecture de « Séminaire Reg-Arts 2023-2024 »

Alexandrine: ressources documentaires des Beaux-Arts de Paris

L’Ecole nationale des Beaux-Arts de Paris a mis en ligne le portail Alexandrine afin de signaler et donner accès à ses ressources documentaires. En lien avec l’histoire de la pédagogie de la création artistique, on y trouvera des éléments intéressants.

La section “Collections” offre un parcours à travers les oeuvres des élèves d’hier à aujourd’hui. Des articles thématiques expliquent les oeuvres et donnent des pistes d’approfondissement (ex: sur les dessins scolaires ou les collections scolaires).

La section “Bibliothèque numérique” devrait donner accès (entre autres) aux archives de l’école, à des images de diplômes. Un diporama des images de diplômes 2022 est disponible sur la page d’accueil.

Les Helvètes et le concours d’entrée à l’École des beaux-arts, crainte ou désintérêt ? (1850-1900) 

par Coraline Gajo-Guyot

« J’ai l’honneur de vous présenter un élève de l’École des Beaux-Arts de Paris, atelier de Gérôme.- Depuis ce matin je fonctionne comme tel, et je n’ai rien de plus pressé que de venir vous l’annoncer », Lettre d’Eugène Burnand à ses parents, Paris, le 28 octobre 1872, bibliothèque cantonale et universitaire, fonds Eugène Burnand, IS 4989.

La seconde moitié du XIXe siècle est marqué par un profond changement de l’image de l’École des beaux-arts qui, peu ou prou, voit son hégémonie pédagogique être remise en cause par des débats institutionnels. Les artistes suisses, venant à Paris pour y acquérir des savoirs pratiques, mais aussi et surtout un capital symbolique, sont ainsi directement confrontés à cette mutation engendrée parce que l’institution ne répond plus réellement aux besoins de ceux et celles qui la constitue. Une réalité dont ils semblent conscients et à l’aune de laquelle ils fondent leur choix de formation.

Continuer la lecture de « Les Helvètes et le concours d’entrée à l’École des beaux-arts, crainte ou désintérêt ? (1850-1900)  »

Élèves et modèles, une éducation teintée de brutalité : récits d’humiliations au sein des ateliers d’artistes au XIXème siècle, lieu d’homosocialité et de compétitivité

Anonyme, Atelier de Jean-Léon Gérôme, 1900

La question soulevée dans cette proposition fait avant tout référence à deux travaux de mémoires réalisés en 2016 et 2018, traitant spécifiquement de la présence des femmes (artistes, modèles, massières) au sein du paysage éducatif et artistique de la fin du XIXème siècle et du début du XXème siècle, notamment à l’École des Beaux-Arts de Paris.

Continuer la lecture de « Élèves et modèles, une éducation teintée de brutalité : récits d’humiliations au sein des ateliers d’artistes au XIXème siècle, lieu d’homosocialité et de compétitivité »

La réception de l’École des Beaux-Arts de Paris à l’aube du XXème siècle

« Non seulement les portes et les fenêtres de ce château de la Belle-au-Bois-Dormant ne s’ouvrent jamais à la vie du dehors que les habitants détestent de parti pris, mais, rue Bonaparte, tout ce qui ne présente pas l’estampille classique est honni et aveuglement frappé d’ostracisme. »

Continuer la lecture de « La réception de l’École des Beaux-Arts de Paris à l’aube du XXème siècle »

Hystérie, “poseuses” et music-hall : la naissance du modèle féminin en tant que stratégie performative de la politique du corps moderne (1880-1900)

Désiré Magloire Bourneville, Paul Regnard, Planche XXX. Hystéro-épilepsie. Sommeil hypnotique, Iconographie photographique de la Salpêtrière : service de M. Charcot, tome III, 1879-1990. Paris, BIU Santé Médecine, LIVR2013108.

Dans cette intervention, je voudrais esquisser une rencontre particulière entre la pratique clinique concernant l’hystérie, le cursus pédagogique à L’École des Beaux-Arts, le spectacle populaire et le discours distinct au regard de la théâtralité de la société à Paris à la fin du XIXe siècle, qui a produit une politique du corps exposé, artificiel et convulsif, se centrant autour de la figure du modèle féminin d’artiste. Nous essaierons de reconstituer dans son ampleur la pratique prévalente des autorités médicales et pédagogiques ainsi que l’imaginaire culturel de la modernité, qui ont constitué non seulement le discours sur l’économie des rapports dans l’atelier d’artiste, mais aussi l’entrée du modèle dans la sphère publique, la rue, la scène du théâtre populaire et la presse en tant que poseuse, un nouveau symbole de la modernité corporelle fondé sur exhibition et performance du soi.

Continuer la lecture de « Hystérie, “poseuses” et music-hall : la naissance du modèle féminin en tant que stratégie performative de la politique du corps moderne (1880-1900) »

L’atelier de sculpture d’Alexandre Falguière (1831-1900) à l’École des Beaux-Arts

Carolus-Duran (Charles Emile Auguste Durand, 1837-1917). Portrait d’Alexandre Falguière, 22 mars 1870. Paris, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, Petit Palais. ©Paris Musées

Figure incontournable de la sculpture française sous la Troisième République, Alexandre Falguière (1831-1900) en est aussi l’un des professeurs les plus éminents. Sa carrière est l’exemple parfait de l’ascension sociale et démocratique dont peut bénéficier un artiste ambitieux qui, grâce à un système de prix et de bourses, aspire à une réussite nationale et à une reconnaissance institutionnelle. Né à Toulouse en 1831, Falguière mène un parcours exemplaire : élève à l’École municipale des Beaux-Arts, il rejoint rapidement Paris pour se former dans les ateliers les plus en vogue de la capitale, dont celui de François Jouffroy qui le présente à l’École impériale des Beaux-Arts. Fort d’une formation théorique et pratique rigoureuse, il décroche le prestigieux prix de Rome en 1859 aux côtés de son camarade Léon Cugnot, titre lui ouvrant les portes de la Villa Médicis. Rapidement, le sculpteur rencontre ses premiers achats officiels : le Vainqueur au combat de coqs en 1862, son troisième envoi de Rome, puis le Tarcisius, présenté en 1868 et lui valant la médaille d’honneur au Salon. Engagé militairement au cours de la guerre franco-prussienne, Falguière devient ensuite un artiste chéri par la République qui lui confie alors l’incarnation de ses idéaux et de ses apôtres, et lui décerne le prestigieux titre de professeur de l’École des Beaux-Arts, devenue nationale.

Continuer la lecture de « L’atelier de sculpture d’Alexandre Falguière (1831-1900) à l’École des Beaux-Arts »

Disgrâce de l’École des Beaux-Arts auprès des élèves d’Ingres ?

Prix de Rome 1832 d’Hippolyte Flandrin (1809-1865)Hippolyte Flandrin, Thésée reconnu par son père, 1832, huile sur toile, H. : 115 cm ; L. : 146 cm, n° PRP 74,  Paris, Beaux-Arts de Paris

La nébuleuse d’artistes constituée par les élèves d’Ingres est, par essence, liée au système académique et à l’École des Beaux-arts au XIXe siècle. L’analyse des écrits de ces peintres interroge la manière dont ils ont perçu son système, voie officielle du succès et de la notoriété, dont la pédagogie reposait sur le concours. L’étude de leurs témoignages permet de renouveler le regard porté sur l’institution, et de réévaluer sa place à l’aune des personnalités, ambitions et choix de carrières de ces derniers. À partir de différents itinéraires d’élèves d’Ingres, il est question d’étudier deux des jalons essentiels de ce système académique, à savoir l’admission à l’École et la réussite au Prix de Rome, ceci permettant d’indiquer leurs positions parfois ambivalentes concernant l’École et l’atelier d’Ingres ; l’importance qu’ils accordent à l’une ou à l’autre étant révélatrice de ce qu’est pour eux la « véritable école ».

Continuer la lecture de « Disgrâce de l’École des Beaux-Arts auprès des élèves d’Ingres ? »

SEMINAIRE Reg-Arts : autour du registre des anciens élèves peintres et sculpteurs de l’École des beaux-arts

Entre 1800 et 1968, plus de 13 000 élèves peintres et sculpteurs se sont inscrits à l’École des beaux-arts de Paris. Dans le cadre du projet de publication numérique des registres d’inscription de l’École (Beaux-arts de Paris, CNRS et l’INHA), ce séminaire a pour objet d’interroger les données contenues dans ces documents et d’en sonder la richesse. Les informations sur l’origine géographique des élèves, leur genre, leur âge, leur parcours scolaire, leur adresse à Paris et leur garant doivent être soumises à une lecture critique. Ces données permettent d’interroger l’idée d’atelier, de généalogies et réseaux artistiques mais aussi les trajectoires transrégionales et transnationales dans leur durée, la féminisation croissante de la population étudiante, les effets de masse et de distinction, etc. À partir de cette formidable mine, le séminaire offrira l’occasion de croiser des approches disciplinaires, ainsi que le regard des spécialistes de l’histoire de la pédagogie artistique et celui des actuels et anciens enseignants et des élèves de l’École.

Programme du séminaire 2022-2023

Continuer la lecture de « SEMINAIRE Reg-Arts : autour du registre des anciens élèves peintres et sculpteurs de l’École des beaux-arts »

Le projet Reg-arts

L’Atelier de Gustave Moreau à l’école des Beaux-Arts de Paris, vers 1897-1898. Droits: Beaux-Arts de Paris

Porté conjointement par les Beaux-Arts de Paris, le CNRS et l’INHA, le projet REG-ARTS a pour objectif l’établissement d’une ressource essentielle pour l’histoire de l’art : l’accès numérique enrichi aux registres d’inscription des étudiants peintres et sculpteurs de l’École des beaux-arts de Paris entre 1813 et 1968. L’ouverture de ces données au public à l’horizon 2024, permettra de croiser des informations d’ordre social, géographique ou pédagogique, contribuant ainsi au renouvellement de l’histoire des Beaux-Arts de Paris qui a pu, depuis plusieurs années, bénéficier du développement des études consacrées à l’histoire de la pédagogie de la création artistique et des évolutions de la recherche en histoire de l’art, qui s’est ouverte aux questions de genre, de mondialisation, de race et d’altérité, ainsi qu’aux considérations politiques, sociales ou économiques.

Ce programme est réalisé grâce au soutien de la Fondation Malatier-Jacquet, abritée par la Fondation de France.

Appel à communication: Journée jeunes chercheuses et chercheurs “Un nouveau Reg-Arts sur l’École des beaux-arts (XIXe-XXe siècles)”

Journée d’étude du 27 juin 2022 organisée par l’École des beaux-arts de Paris, l’École du Louvre, l’Institut national d’histoire de l’art et le CNRS, en association avec le programme de recherche (Histoire de la pédagogie de la création artistique (HPCA) de l’École nationale des chartes.

L’atelier Gustave Moreau à l’École des beaux-arts, vers 1897-1898, épreuve sur papier albuminé, Les Beaux-Arts de Paris

Jeunes chercheuses, jeunes chercheurs travaillant sur l’École des beaux-arts, manifestez-vous !

Cette journée d’étude a pour ambition d’établir un premier état des lieux des travaux des jeunes chercheuses et chercheurs portant sur l’histoire de l’École des beaux-arts. Elle est organisée à l’occasion du lancement du projet Reg-Arts qui devrait, à l’horizon 2024, offrir l’accès au registre d’inscription des élèves peintres et sculpteurs de l’École du début du XIXe siècle à 1968 dans le cadre d’une base de données permettant de croiser des informations d’ordre social, géographique ou pédagogique.

Continuer la lecture de « Appel à communication: Journée jeunes chercheuses et chercheurs “Un nouveau Reg-Arts sur l’École des beaux-arts (XIXe-XXe siècles)” »

Captations de la séance 4 du séminaire HPCA – HASTEC « Pédagogie dans les écoles d’art »

Les captations de la quatrième séance du séminaire “Pédagogie dans les écoles d’art”, conçue en collaboration avec Alice Thomine de l’ENSBA (Ecole national supérieure des Beaux-Arts) et porteuse du projet Reg-Arts, sont désormais en ligne.

Ce quatrième événement financé pour 2021 par le Labex Hastec se proposait d’interroger le rôle des outils prosopographiques dans l’étude historique de l’enseignement de la création artistique.

Continuer la lecture de « Captations de la séance 4 du séminaire HPCA – HASTEC « Pédagogie dans les écoles d’art » »

14 décembre 2021: séminaire HPCA-Hastec, séance 4

Etudiants des Beaux-Arts, Paris, c. 1870. Collection Marc Verat.

Dans le cadre du projet « Pédagogie dans les écoles d’art » soutenu par le Labex Hastec, la quatrième séance du séminaire se tiendra le 14 décembre 2021 à l’Ecole nationale des chartes, salle Delisle. pour des raisons sanitaires, merci de vous inscrire à recherche@chartes.psl.eu pour participer à cet après-midi. La rencontre peut aussi être suivie sur Zoom: demandez le lien à recherche@chartes.psl.eu

Cette séance s’intitule:

Outils prosopographiques pour l’histoire de l’enseignement de la création artistique.

Le programme a été conçu en collaboration avec Alice Thomine, de l’ENSBA, et porteuse du projet Reg-Arts

Continuer la lecture de « 14 décembre 2021: séminaire HPCA-Hastec, séance 4 »

29 janvier 2021: Pratiques de l’enseignement du cinéma dans le supérieur : écoles d’art, écoles de cinéma, conservatoires

Tournage à La Fémis. Par JJ Bouhon

La première séance est centrée sur les différentes pratiques d’enseignement liées au cinéma et aux images animées (ce qui peut recouvrir une diversité de disciplines et de gestes techniques) dans les écoles d’art, de cinéma et les conservatoires – en prenant l’exemple des établissements membres ou associés à l’Université Paris Sciences et Lettres : La Fémis, l’Ecole nationale supérieure des arts décoratifs, les Beaux-arts de Paris, le Conservatoire national supérieur des arts dramatiques et le Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris. Un état des lieux contemporain sera articulé à une mise en perspective historique, appuyée sur un travail en archives reflétant la diversité de ces enseignements.

Continuer la lecture de « 29 janvier 2021: Pratiques de l’enseignement du cinéma dans le supérieur : écoles d’art, écoles de cinéma, conservatoires »

Colloque « Artistes-enseignantes au XXe siècle : la transmission au prisme du genre »/ PROGRAMME

Colloque organisé dans le cadre d’un partenariat entre le CNRS (LIR3S), AWARE et l’Ecole nationale des chartes.

Gratuit, dans la limite des places disponibles en ligne. Inscription obligatoire. Clôture des inscriptions le 2 décembre au soir.

Judy Chicago Visual Archive, Betty Boyd Dettre Library & Research Center, National Museum of Women in the Arts, © Photo : Amy Meadow, © Judy Chicago

Les personnalités, telle Judy Chicago, dont il sera question dans le colloque et qui bénéficient de fiches sur le site d’AWARE apparaissent dans le programme avec un lien vers ces ressources à découvrir en ligne.

Continuer la lecture de « Colloque « Artistes-enseignantes au XXe siècle : la transmission au prisme du genre »/ PROGRAMME »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search