Captations de la séance 4 du séminaire HPCA – HASTEC « Pédagogie dans les écoles d’art »

Les captations de la quatrième séance du séminaire “Pédagogie dans les écoles d’art”, conçue en collaboration avec Alice Thomine de l’ENSBA (Ecole national supérieure des Beaux-Arts) et porteuse du projet Reg-Arts, sont désormais en ligne.

Ce quatrième événement financé pour 2021 par le Labex Hastec se proposait d’interroger le rôle des outils prosopographiques dans l’étude historique de l’enseignement de la création artistique.

Continuer la lecture de « Captations de la séance 4 du séminaire HPCA – HASTEC « Pédagogie dans les écoles d’art » »

14 décembre 2021: séminaire HPCA-Hastec, séance 4

Etudiants des Beaux-Arts, Paris, c. 1870. Collection Marc Verat.

Dans le cadre du projet « Pédagogie dans les écoles d’art » soutenu par le Labex Hastec, la quatrième séance du séminaire se tiendra le 14 décembre 2021 à l’Ecole nationale des chartes, salle Delisle. pour des raisons sanitaires, merci de vous inscrire à recherche@chartes.psl.eu pour participer à cet après-midi. La rencontre peut aussi être suivie sur Zoom: demandez le lien à recherche@chartes.psl.eu

Cette séance s’intitule:

Outils prosopographiques pour l’histoire de l’enseignement de la création artistique.

Le programme a été conçu en collaboration avec Alice Thomine, de l’ENSBA, et porteuse du projet Reg-Arts

Continuer la lecture de « 14 décembre 2021: séminaire HPCA-Hastec, séance 4 »

Genèses n°122

Le dernier numéro 122 de Genèses est accessible en ligne. Il contient un article d’Elie Guéraut, intitulé: « Retour à Lergnes. Les mobilités professionnelles contrariées de jeunes diplômées des Beaux-Arts ». Elie Guéraut est sociologue au laboratoire d’études sociologiques sur la construction et la reproduction sociales (Lescores), enseignant à l’université Clermont-Auvergne.

Résumé: “À partir du cas de jeunes diplômées d’écoles d’art dont les aspirations à devenir artistes plasticiennes se heurtent aux droits d’entrée du marché du travail artistique, cet article propose une analyse de la production d’un désajustement durable entre mobilités professionnelles et aspirations subjectives. La première partie de l’article s’attache à rendre compte du processus de production de ces désillusions, à la croisée de cette mobilité professionnelle empêchée et d’un retour contraint à l’espace d’origine, une ville moyenne en déclin. La deuxième partie revient sur le réajustement et l’abandon des vocations artistiques au sein de deux « univers de consolation », la scène associative et le monde privé conjugal.”

Projet “Circulations artistiques, sociabilités politiques, réseaux professionnels dans les écoles de cinéma du second XXe siècle : Le cas des étudiants africains”/ CNRS

Le projet “Circulations artistiques, sociabilités politiques, réseaux professionnels dans les écoles de cinéma du second XXe siècle : Le cas des étudiants africains” a été déposé par Gabrielle Chomentowski dans le cadre de sa candidature au CNRS. Depuis le 1er octobre 2019, elle est chargée de recherche au Centre d’histoire sociale des mondes contemporains (CHS) et travaille donc sur “le parcours d’étudiants africains partis étudier le cinéma en dehors de l’Afrique, les circulations de savoir-faire, de pratiques esthétiques et idéologiques et de mieux appréhender comment les imaginaires se sont nourris parmi une génération de jeunes cinéastes par-delà les frontières géographiques et politiques”.

Elle contribue parallèlement à des projets collectifs sur l’histoire transnationale des écoles de cinéma au XXe Siècle et les mobilités étudiantes à la Cité internationale universitaire de Paris des années 1920 aux années 1960.

Pour en savoir plus les recherches de Gabrielle Chomentowski, cliquez ici.